Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Jansonnais

LA CHAPELLE-JANSON

  Retour page d'accueil       Retour Canton de Fougères  

La commune de La Chapelle-Janson (bzh.gif (80 octets) Chape-Yent) fait partie du canton de Fougères. La Chapelle-Janson dépend de l'arrondissement de Fougères, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur La Chapelle-Janson, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de LA CHAPELLE-JANSON

La Chapelle-Janson tire son nom du fondateur de la paroisse au XIème siècle, le chevalier Gençon ou Jançon.

C'est au XIème siècle que remonte l'existence de la paroisse de la Chapelle-Janson. En effet, l'église ("capella Jançon"), fondée par le chevalier Gençon (ou Jançon) au XIème siècle, est donnée vers 1032 à l'abbaye Saint-Georges de Rennes (abbatia Sancti Georgii) par la vicomtesse Roïanteline (veuve du vicomte Eudon). Cette église est citée dans l'acte de fondation de l'abbaye Saint-Georges de Rennes.

Cette abbaye fonde à La Chapelle-Janson, un prieuré de bénédictines. Le Prieuré possédait jadis un droit de haute justice avec un cep et un collier dans le bourg de la Chapelle-Janson, ainsi que des fourches patibulaires à quatre piliers. Les Templiers y possèdent aussi, au village de la Templerie, une maison dont la chapelle va subsister jusqu'en 1793. Voici l'aveu de l'abbaye Saint-Georges rendu au Roi en 1665 par Magdelaine de la Fayette, abbesse de Saint-Georges : " Les dictes dames ont et leur apartiennent, en la paroisse de la Chapelle Janson, un fief et bailliage apellé le bailliage de la Chapelle, à cause duquel elles ont droit de haulte, moienne et basse justice et punition de crimes ; mesme y a, dans le bourg, un sep et collier qui est de la dicte jurisdiction en laquelle elles ont droit d’avoir officiers, scavoir : séneschal, alloué et procureur d’office, et un greffier, un sergent général et nombre de notaires, quelle jurisdiction s’exerce dans le bourg de la Chapelle Janson, et y a exercice ordinaire de quinze jours en quinze jours ; et vont et sortissent en icelle les contredicts et apellations des jugemens donnés es jurisdictions de la Creveure et Monframery cy après mentionnés, de laquelle sont hommes et vassaux dame Renée Constantin, dame du Bois Febvrier, à cause de la terre et seigneurie de la Crevure et dépendance d’icelle ; — Messire René du Bois le Hou, seigneur du dict lieu ; — et Messire … sieur du Bois Guy, à cause des fiefs du Refoul, en la dicte parroisse de la Chapelle Janson, fief de la Rivaye, fief de Lousche, fief de la Vacherie, fief de la Pommeraye, fief de la Jumelaye et de la Planche, la métairie de la Lande et de la Rablaye, les fiefs de la Motte Digné, quelles terres st seigneuries estantes dans la Chapelle Janson sont tenues de la dicte dame noblement à debvoir de rentes, foy, hominage et rachapt, et plusieurs autres seigneurs, hommes et vassaux à pareil debvoir et autres. Ont les dictes dames droit d’espaves, gallois, deshérances, confiscations, successions de bastartz et tous autres droitz apartenant à haulte, basse et moienne justice, fourches à quatre pilliers et autres droicts. Le roolle du quel bailliage se monte à quatre livres monnoie de rente propre chacun an. Item les dictes dames sont fondatrices et patronnes de l’église et cimetière de la dicte parroisse de la Chapelle Janson et de la Chapelle des Temples, fillette de la dicte parroisse, et ont en icelles armoiryes, escussons et touttes prééminances et prérogatives en la dicte église ; dans laquelle parroisse y a aussy un prieuré, nommé le prieuré de la Chapelle Janson, membre despendant de la dicte abbaye, possédé en tiltre par une religieuse d’icelle ; le temporel duquel consiste en maisons, courts, jardins, herbergements, moullin, estang, terres arables et non arables, et en prez, dixmes, oblations et rentes qui sont deues à la dicte prieure sur le moulin du Plessis, apartenant au seigneur de Larchat. Et finalement tout ce qui peut apartenir aus dictes dames et couvent en la Chapelle Janson, avecq touttes leurs apartenances et dépendances ".

Le Pouillé de Rennes précise que l'église et vraisemblablement la paroisse de La Chapelle-Janson existaient dès le commencement du XIème siècle, puisque la première abbesse de Saint-Georges en reçut le don vers 1032. Ce fut la vicomtesse Roianteline qui assura aux Bénédictines la possession de La Chapelle-Janson et de toutes ses dépendances. Mais l'on se demande comment cette dame se trouvait maîtresse de cette église. Les uns croient qu'elle lui venait de la succession de son mari, le vicomte Eudon ; d'autres pensent qu'elle appartenait en réalité à une dame de la maison de Fougères, religieuse au couvent de Chavagne, fondé par la vicomtesse, puis entrée avec celle-ci à l'abbaye de Saint-Georges. D'après cette dernière opinion, Roianteline n'eût fait que confirmer à Saint-Georges le don de cette dame de Fougères. Quoi qu'il en soit, les religieuses de Saint-Georges fondèrent à la suite de cette donation l'important prieuré de La Chapelle-Janson. Le recteur de La Chapelle-Janson, appelé longtemps simplement chapelain par l'abbesse de Saint-Georges, avait droit de le présenter à l'évêque. En 1790, le recteur, M. Malle, déclara que les revenus de sa cure montaient à 2822 livres, à savoir : pourpris, 20 livres ; le tiers des dîmes grosses et novales, 2650 livres ; le tiers des dimereaux de la Templerie et de la Lande, 152 livres. Mais il avait, par contre, bien des charges, entre autres la pension de deux vicaires, les décimes, etc. (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1 V, 27).

On rencontre les appellations suivantes : Capella Gençon (au XIème siècle), capella Janson (au XIIIème siècle), Capella Janczon (en 1516).

Note 1 : Par acte du 30 septembre 1788, Renée Bertereau fonda une rente de 80 livres « pour le salaire d'une maîtresse d'école au village de la Templerie, en la paroisse de la Chapelle-Janson » ; elle se réserva le soin de faire elle-même l'école durant sa vie, et elle remplissait ces modestes fonctions quand arriva la Révolution (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1 V, 27).

Note 2 : liste non exhaustive des recteurs de la paroisse de La Chapelle-Janson :  Geffroy et Robert (il paraissent comme témoins dans une charte du XIIème siècle : « Gauffridus et Robertus sacerdotes de Capella »). Pierre de Grigane (il résigna en 1436 pour obtenir la chapellenie de Montmuran). Pierre Henry (il fut pourvu le 20 mars 1436). Guillaume Picot (décédé en 1464). Jean Jan (il fut pourvu le 13 novembre 1464, mais Jean Papin lui disputa le bénéfice). Jean de la Piguelaye (chanoine de Rennes et doyen de Fougères, décédé en 1531). Jean du Chastellier (en 1532). Guillaume Le Breton (il fut présenté par l'abbesse de Saint-Georges pour remplacer le précédent en juillet 1532). Jean Pépin (il résigna en 1604). René Vénier (prêtre de Rennes, il fut pourvu le 29 novembre 1604). René Brillet (il résigna le 2 juillet 1612). Etienne Pavé (il fit quelques acquisitions pour sa fabrique en 1624 ; décédé en 1637). Jean Robert (il fit en 1640 une déclaration des biens de son église et permuta l'année d'après avec le suivant). Julien Bérel (précédemment recteur de Martigné, il prit possession le 15 décembre 1641, puis résigna vers 1667 en faveur de son frère, qui suit). Bertrand Bérel (il fit au roi la déclaration de son presbytère le 21 mars 1680 ; décédé le 24 octobre 1685). Michel Duclos (il fut présenté par l'abbesse de Saint-Georges le 25 octobre 1685 ; décédé le 23 mai 1688). René Crespel (présenté par l'abbesse le 29 mai 1688, fut pourvu le 31 et prit possession le 6 juin ; il fit en 1698 enregistrer ses armoiries : de gueules à trois tours d'argent, 2, 1, et résigna en 1709). Charles de la Jaille (prêtre du Mans, il fut pourvu le 8 février 1709 et prit possession le 10 ; décédé en 1722). Julien-François Le Grand (prêtre du diocèse, il fut pourvu le 23 novembre 1722 et résigna dès l'année suivante). Louis Brisson (prêtre de Nantes, pourvu le 6 décembre 1723, résigna en 1726 en faveur du suivant). Joseph Maillard (frère du poète Des Forges-Maillard, prêtre de Nantes, pourvu en 1726, il résigna en 1770, moyennant 400 livres de pension). René-Mathurin Malle (il fut pourvu le 24 septembre 1770 et gouverna jusqu'à la Révolution ; il fut réinstallé en 1803 et mourut ou se démit en 1806). Pierre Jambin (1806, décédé en 1826). Jean Jégu (1827-1834). Joseph Fourmond (1834, décédé en 1864). François Boutevilain (1864-1876). Jean-Marie David (1876-1882). Célestin Samson (à partir de 1882), ....

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de LA CHAPELLE-JANSON

l'église Saint-Lézin (XVème siècle). Réaménagée et modifiée au XVIème et au XVIIème siècles. Dédiée à saint Lezin, évêque d'Angers, l'église de La Chapelle-Janson a la forme d'une croix et est en partie l'oeuvre du XVIème siècle. Le chevet droit, avec sa belle fenêtre flamboyante, est antérieur à 1552, puisque son vitrail porte cette date ; le transept du Nord, orné aussi d'une grande baie de style ogival fleuri, a été terminé en 1552 ; celui du Sud ne l'a été qu'en 1641 ; mais, de ce côté, deux jolies portes, richement décorées de sculptures, rappellent aussi le style flamboyant : l'une d'elles, en arc Tudor, a son tympan rempli par les instruments de la Passion, la couronne d'épines, le marteau, les clous et la lance, le tout surmonté d'un coeur placé au sommet de l'accolade. La sacristie, sur laquelle on lit la date 1629, est une ancienne chantrerie ou peut-être une vieille chapelle seigneuriale, communiquant avec le choeur au moyen d'une arcade aujourd'hui murée. Enfin, la façade et la porte occidentales portent le millésime 1777. Il y avait jadis en cette église de nombreuses fondations dont les revenus atteignaient en 1790 plus de 500 livres ; de plus, la fabrique avait, à la même époque, 471 livres de rente ; enfin, la confrérie du Rosaire y était érigée. Mais la gloire de La Chapelle-Janson, c'étaient ses splendides verrières ; il en reste encore de beaux débris dont il nous faut parler. Nous ne décrirons point toutefois ces vitraux dans tous leurs détails, M. Maupillé l'ayant déjà fait avec beaucoup d'exactitude (Voir Notices historiques sur les paroisses du canton de Fougères, 52) ; signalons seulement les principales scènes qu'ils représentent. La maîtresse vitre, dans la grande fenêtre du chevet, malheureusement fort endommagée, renferme : l'Annonciation ; — la Sainte Vierge et l'enfant Jésus avec un ange qui offre la croix au divin Enfant et un glaive transperçant le coeur de sa sainte Mère ; — le prophète Elie recevant d'un ange le pain mystique, symbole de l'eucharistie ; — saint Lezin, patron de la paroisse, bénissant une jeune dame richement parée, vraisemblablement la donatrice du vitrail ; — Job sur son fumier, — et le sacrifice d'Abraham. On y voit aussi les débris d'une inscription commémorative où se trouve le nom de Robert Claude .............  de Plédren et la date 1552. Enfin, trois écussons sont au haut de la vitre ; ceux des deux côtés sont semblables : d'argent au lion coupé de gueules et de sinople, armé d'or, qui est d'Espinay (nota : on se demande pourquoi ces écussons d'Espinay ; trois hypothèses sont permises : la famille d'Espinay était alliée aux seigneurs de Montframmery ; — Philippe d'Espinay, abbesse de Saint•Georges en 1572, avait peut-être été prieure de La Chapelle-Janson ; - enfin, le peintre verrier a pu confondre les armes d'Espinay avec celles des sires de Montframmery, qui portaient d'argent au léopard de sinople) ; celui du milieu est écartelé mi-parti de gueules à la fasce d'hermines, qui est de la Chapelle, et d'azur à la fasce d'argent accompagnée de trois molettes de gueules, qui est Ferré. Ce dernier blason est celui de Robert Claude de la Chapelle, seigneur de Plédren, mari de Charlotte Ferré, et jouissant à La Chapelle-Janson de prééminences authentiquement reconnues par acte de 1533. La verrière du transept septentrional semble avoir été consacrée à la Sainte Vierge : on y distingue Marie tenant l'enfant Jésus sur ses genoux, puis le Trépassement, et enfin l'Assomption de Notre-Dame. Plusieurs autres personnages sont aussi représentés dans cette vitre, notamment une abbesse et un chanoine, et un seigneur de Beaucé avec sa femme, l'un et l'autre présentés par leurs saints patrons ; leurs armes, d'argent à l'aigle de sable, becquée et membrée de gueules, au bâton brochant, qui est de Beaucé, apparaissent près d'eux. L'écusson des sires d'Espinay se retrouve également au sommet de cette vitre. La seigneurie de Montframmery avait à La Chapelle-Janson des droits honorifiques ; elle appartenait au XVIème siècle à la famille de Beaucé. Aussi voit-on encore dans d'autres parties de cette église, notamment à la voûte du transept du Sud, les armoiries d'Eustache de Lys, mari de Françoise de Beaucé, dame de Montframmery : de gueules à la fasce d'argent chargée de quatre hermines de sable et surmontée de deux fleurs de lys d'argent, qui est de Lys. Quant à la litre, dont on retrouve des vestiges à l'extérieur de l'église, les armoiries en sont complètement effacées. Terminons en signalant une cuve baptismale de la fin du XIVème siècle, en granit, et divisée en deux compartiments octogones dont les faces sont décorées d'arcatures trilobées ; — et un bénitier qui, provenant de l'ancienne chapelle de la Templerie, semble appartenir à la période romane : c'est une colonne monocylindrique de granit creusée en cuvette à sa partie supérieure (Pouillé de Rennes). En résumé l'église actuelle comprend une nef à chevet droit et un transept. Le pignon ouest porte la date de 1777. Le croisillon sud est daté de 1641. Le chevet (XVIème siècle) est percé d'une fenêtre flamboyante à deux meneaux. Le croisillon nord date de 1552. A l'intérieur, la fenêtre du chevet renferme un beau vitrail daté de 1552 et figurant l'Annonciation, la Vierge et l'Enfant-Jésus, Elie, saint Lézin évêque d'Angers (592-608) et patron de la paroisse de La Chapelle-Janson, Job et le Sacrifice d'Abraham : cette vitre porte les armes de la famille d'Espinay et on y voit aussi l'écusson écartelé de Robert de la Chapelle seigneur de Plédren et de Charlotte Ferré, son épouse. Le transept  présente trois arcs brisés : celui du nord est daté de 1556 et celui du sud est datée de 1641. On voit sous l'arcade sud plusieurs écussons couronnés d'Eustache du Lys, époux de Françoise de Beaucé dame de Montframmery au début du XVIIème siècle. La verrière du croisillon nord, datée de 1558, figure la Mort et le Couronnement de la Vierge. Les fonts doubles et octogonaux datent du XIV-XVème siècle. La sacristie, datée de 1629, est une ancienne chapelle seigneuriale ou chantrerie ; 

l'ancien prieuré Saint-Lezin de la Chapelle-Janson, aujourd'hui disparu et jadis membre de l'abbaye de Saint-Georges. « D'azur à une église d'argent » (Armorial général ms. de 1698). Peu de temps après la fondation de l'abbaye de Saint-Georges (en 1032), une noble dame appelée la vicomtesse Roianteline, que l'on regarde généralement comme la veuve du vicomte Eudon, ayant réuni à Saint-Georges une petite communauté de femmes fondée par elle primitivement à Chavagne, donna à l'abbaye, entre autres domaines, l'église de la Chapelle-Janson avec toutes ses dépendances, « Capellam Gencon cum omnibus appendiciis suis, sine calumpnia alicujus hominis » (Cartulaire de l'abbaye de Saint-Georges, 109). Par suite de cette donation, les Bénédictines de Saint-Georges fondèrent à la Chapelle-Janson un important prieuré, auquel elles subordonnèrent la cure, réduite par là-même à la condition d'un vicariat perpétuel dont l'abbesse eut la présentation. Au XIIème siècle, ces religieuses possédaient à la Chapelle-Janson d'assez nombreuses rentes sur les habitants, plus 15 sols de mangier ; — la dîme des moulins de Choisel, de Jugant et de Marchant ; — le tiers de deux portions de la dîme de Flandrine (nota : Adèle, surnommée Flandrine, avait donné vers le même temps la sixième portion du moulin de la Chapelle — voir Cartulaire de l'abbaye Saint-Georges, 151) ; — la dîme de la Ruelle, que donna Geffroy Le Bastard ; — deux parts de l'oblation et de la dîme du milieu de la censie de la Ville-du-Bois ; — deux portions des oblations de l'église ; — la présentation du chapelain ou vicaire perpétuel (Cartulaire de l'abbaye Saint-Georges, 159). Au commencement du siècle suivant, des difficultés survenues entre l'abbesse de Saint-Georges et le recteur ou chapelain de la Chapelle-Janson furent aplanies par un règlement fait, à la demande des parties, par Pierre de Dinan, évêque de Rennes, règlement qui fut suivi jusqu'à l'époque de la Révolution. Dans le partage des revenus des terres et des dîmes qui appartenaient à l'église ou qui pourraient lui appartenir par la suite, à quelque titre que ce fût, les deux tiers furent attribués à l'abbesse et l'autre tiers au chapelain. La même règle fut appliquée aux oblations faites à l'église, tant aux jours de fêtes qu'aux jours ordinaires, à l'exception de celles qui étaient faites le jour des Morts et à l'occasion des sépultures ; le chapelain seul avait droit à ces dernières oblations, et en général à tous les droits et produits casuels des offices des Morts. Relativement aux dîmes, l'évêque statua qu'au temps de la moisson elles seraient toutes transportées à la grange du prieuré, où se ferait le partage du grain et de la paille ; puis que celle-ci serait fermée à deux clefs, dont l'une serait remise au chapelain, l'autre aux religieuses ou à leur représentant, de sorte qu'une des parties intéressées ne pût pas y entrer sans l'autre (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine). Quelque positifs qu'aient été les titres de l'abbaye de Saint-Georges, ses droits sur la Chapelle-Janson ne laissèrent pas de lui être plus d'une fois contestés. Les anciens documents nous ont conservé les traces de deux contestations, entre autres, qu'elle eut à soutenir. La première, en 1522, contre Mme Alizon de Pontbellanger, abbesse de Saint-Sulpice, qui éleva quelques prétentions sur le prieuré en faveur de son abbaye, prétentions, du reste, auxquelles elle ne semble pas avoir donné de suite ; la seconde, en 1635, contre M. Robert, recteur, qui osa disputer le bénéfice à sa patronne. Mais le Présidial d'abord, par une sentence du 24 mai 1635, et le Parlement ensuite, par arrêt du 20 juillet suivant, firent bonne justice de ses prétentions et confirmèrent l'abbaye de Saint-Georges dans la possession pleine et entière de tous les droits qu'elle avait jusqu'alors exercés (M. Maupillé, Notices historiques sur le canton de Fougère, 49). Au XVIIème siècle, le prieuré de la Chapelle-Janson consistait en trois petites maisons, celle du moulin comprise, situées au bourg ; — trois petits jardins et trois pièces de terre, le tout contenant 7 journaux ; — un petit étang, nommé la Grenouillais ; — un moulin à eau ; — un emplacement où était jadis un four banal ; — les deux tiers des dîmes ; — les deux tiers des oblations ; — une rente sur le moulin du Plessix, appartenant au seigneur de Larchapt ; — les droits de fondation et patronage « de l'église et cimetière de ladite paroisse de la Chapelle-Janson et de la chapelle des Temples, fillette de ladite paroisse, avec armoiries, escussons et toutes prééminences et prérogatives en lesdites églises » ; — « un droit de bouteillage sur les vins et breuvages qui se vendent audit bourg et paroisse, à raison de deux pots par pipe » ; — un fief et bailliage appelé le bailliage de la Chapelle, « avec haute, moyenne et basse justice, cep et collier dans le bourg, fourches à quatre piliers en dehors, droit d'avoir officiers, scavoir séneschal, alloué, etc., quelle juridiction s'exerce dans le bourg de la Chapelle-Janson et y a exercice ordinaire de quinze jours en quinze jours » ; — enfin, les droits ordinaires d'épaves, gallois, déshérances, etc. (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 26 H, 263). La juridiction seigneuriale du prieuré de la Chapelle-Janson ne relevait que du Présidial, auquel ses appels étaient portés directement. Les fiefs qui en dépendaient étaient nombreux et quelques-uns d'une très-grande importance : ainsi les deux grandes seigneuries de la Créveure et du Plessix-Gâtinel, — et de Montframmery et des Temples relevaient du prieuré à devoir de lods et ventes et de rachat seulement. Mais treize autres fiefs en relevaient entièrement, savoir : le Refoul, — la Griponnière, — la Basse-Caillère, — la Rivais, — la Jumelais, — le Clairay, — la Ville-du-Bois, — le Plantis, — la Chénardrie, — la Vacherie, — la Rablais, — la Planche — et l'Euche. Le prieuré avait, en outre, des droits sur les moulins de Choisel et de Gravelet, ainsi que sur le fief de la Pommerais et une partie du bois de la Cochonnière (Notices historiques sur le canton de Fougères, 57). En 1790, l'abbaye de Saint-Georges affermait ses deux tiers de dîmes de la Chapelle-Janson 4200 livres ; elle avait alors, depuis environ trente ans, afféagé pour une rente de 130 livres les maisons, moulin et terres de l'ancien prieuré (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1 V, 27). A cette époque, en effet, le prieuré de la Chapelle-Janson n'existait plus. Des lettres patentes du roi de 1714 avaient permis l'extinction de ce bénéfice et sa réunion à la mense conventuelle de l'abbaye de Saint-Georges. Aujourd'hui, une maison située dans le bourg, proche l'église, et appelée le Portail, est le dernier vestige du manoir prioral de la Chapelle. Liste des prieures :  — Soeur Robine de Champaigné acheta une rente constituée de 20 sols le 4 novembre 1450. — Soeur Catherine Milon, décédée vers 1482. — Soeur Julienne Payen, pourvue par l'abbesse Olive de Quélen, prit possession le 12 mars 1482. — Soeur Roberte Buisson, prieure, devint abbesse de Saint-Georges en 1520 ; décédée l'année suivante, le 25 juillet. — Soeur Guillemette de Lesmays vit sa nomination contestée par Alizon de Pontbellanger, abbesse de Saint-Sulpice, qui réclamait le prieuré (1522). — Soeur Jehanne Doré soutint en 1540 un procès contre Françoise Boschier, qui lui disputait également le prieuré ; elle resta maîtresse de ce bénéfice, qu'elle ne résigna qu'en 1554 en faveur de la suivante. — Soeur Marie de Kermeno, pourvue en 1554, résigna en 1557. — Soeur Cécile Vallée, pourvue par le Pape le 7 décembre 1557, vit soeur Françoise de Préauvé lui contester ses droits et parvint toutefois, en 1559, à rester maîtresse du bénéfice. — Soeur Jacquemine de Bordes, prieure en 1612, se démit en 1624. — Soeur Jeanne de la Villéon prit possession le 27 octobre 1624 et résigna en 1643. — Soeur Elisabeth de la Villéon fut pourvue au mois de septembre 1643 et résigna vers 1676. — Soeur Jacquette de Becdelièvre du Bouexic fut pourvue en 1676. — Soeur Pétronille de Becdelièvre résigna vers 1693. — Soeur Françoise de Keraly, pourvue en 1693, vit l'extinction du prieuré de la Chapelle-Janson, décrétée en 1714, mais conserva toutefois, â sa vie durant, la jouissance de ce bénéfice (abbé Guillotin de Corson).

la Maison du Portail, située près de l'église. Il s'agit des vestiges de l'ancien Prieuré ;

le manoir de La Lande (XVIème siècle). Il possédait jadis une chapelle privée mentionnée dans le Pouillé ms. de Rennes (1713-1723). Propriété de la famille le Porc, puis de la famille de la Villegontier vers 1529 et en 1646 ;

le manoir de Montfromerie ou Montframmery (XVIIème siècle). Il possédait jadis une chapelle privée. La chapelle de Montframmery (ou Montframery), avoisinant le manoir de même nom, avait été fondée par les seigneurs du lieu de deux messes par semaine, dont une le dimanche. En 1720 on y desservait aussi une fondation primitivement faite en la chapelle de la Templerie, et Renée Morazin, dame de Montframmery, présenta, le 13 avril, Michel Vigeon pour être pourvu de cette double chapellenie (Registre des insinuations ecclésiastiques de l'évêché de Rennes). Propriété successive des familles de la Bouëxière (en 1413), de Beaucé (vers 1476), de Lys (vers 1633), Gouyon seigneurs de Miniac (en 1654), de Gaulay (en 1673), le Séneschal, de Gaulay, le Coq, Prioul sieurs de la Lande-Guérin, Logeois sieurs de Bintin (en 1779) ;

le manoir de Refour (XVIIème siècle) ; 

le four à pain, situé à La Touche ; 

la fontaine Saint-Lézin (XXème siècle) située au bourg de La Chapelle-Janson ; 

le puits, situé au lieu-dit La Ville-Bois ; 

5 moulins à eau dont le moulin de Mombrault, du bourg, de Montfromerie, de Choisel et de Gravelay ; 

A signaler aussi : 

l'ancienne voie romaine de Jublains à Corseul, appelée Chemin Chasles ou Chemin Charles ;

les retranchements situés au village de la Coëtfordière ;

les retranchements de terre situés au Plessis-Gâtinet ;

l'ancien manoir de Gambret, situé route de la Bazouge-du-Désert ;

l'ancien manoir de Beaulot, situé route de Larchamp ;

l'ancien manoir de Beaulieu ;

l'ancien manoir de Langevinière ou de l'Angevinière, situé route de Fleurigné à la Pellerine. Propriété successive des familles du Bois-le-Houx, Daulnières (en 1513), du Bois-le-Houx (en 1545). Il reste entre les mains des seigneurs du Bois-le-Houx en Luitré jusqu'en 1789 ;

l'ancien manoir du Temple ou de la Templerie, situé route de Fleurigné à la Pellerine. Propriété de la Commanderie du Temple de la Guerche, il est vendu au XVIème siècle au seigneur de Montframmery. Il possédait jadis une chapelle privée devenue frairienne et démolie en 1793. Le manoir était la propriété de la famille Logeais seigneurs de Bintin en 1779 ;

l'ancienne chapelle de la Templerie, dépendant jadis du Temple de la Guerche. Le membre de la Violette s'étendait dans les paroisses du Châtellier, de la Chapelle-Janson (Ille-et-Vilaine) et de Fougères, « consistant en fief, juridiction, dixme, rentes, chapelles, etc. » (Déclaration du Temple de la Guerche en 1681). Mais au XVIème siècle, un commandeur de la Guerche vendit aux de Beaucé, seigneurs de Montframery (ou Montframmery), son manoir des Temples, appelé aussi la Templerie, sis en la Chapelle-Janson, ainsi que son fief de la Templerie et son droit de tenir foire et marché au bourg de la Templerie ; il ne conserva que les deux tiers des dîmes cueillies autour de ce bourg. On appelait ainsi un village de la Chapelle-Janson, dans lequel se trouvait une chapelle. A l'origine, cette chapelle appartenait certainement aux Templiers, mais dans la suite des temps elle devint frairienne, et en 1677 on la qualifiait de « fillette de la Chapelle­Janson ». Aussi, à cette dernière époque, l'abbesse de Saint-Georges de Rennes y avait-elle les droits de fondation et de patronage à cause de son prieuré de la Chapelle-Janson. En 1793, la chapelle de la Templerie était dans un état de vétusté et de délabrement tel, qu'il y avait danger à y entrer. On profita, pour la démolir, de l'occasion qu'offrait un élargissement de la route, devenu nécessaire. Elle avait, suivant le procès-verbal dressé alors, 16 mètres de long sur 6 mètres de large (Maupillé, Notices historiques sur les paroisses des cantons de Fougères, 57). Quant à la Violette, qui donnait son nom à tout ce membre de la commanderie, c'était et c'est encore un village de la paroisse du Châtellier (nota : Le village de la Violette, situé sur les confins du Châtellier, de Poilley et de Villamée, est partagé entre ces trois paroisses, mais la chapelle Saint-Denis, aujourd'hui rasée, s'élevait dans la première). Il s'y trouvait autrefois une chapelle dédiée à saint Denis, mais les chevaliers durent aliéner de bonne heure ce domaine, dont il ne reste que le nom dans leur histoire (nota : Au XVIIIème siècle, le dire de Montframery se disait seigneur des Temples et de la Violette). Enfin, du même membre de la Violette dépendaient encore, à l'origine, la chapelle du Petit-Saint-Nicolas et la maison voisine, sises l'une et l'autre dans la ville même de Fougères, au bas de la rue de l'Aumaillerie. Mais M. Maupillé croit que cette chapelle fut annexée à l'Hôtel-Dieu de Fougères aussitôt après la destruction de l'Ordre du Temple (Maupillé, Histoire de Fougères, 182) ; 

l'ancien manoir de la Crevière, situé route de Fleurigné à la Pellerine. Propriété successive des familles de Gougues, le Porc seigneurs de Larchapt (en 1513), de Langan seigneurs du Boisfévrier (en 1584). Il reste entre les mains des seigneurs du Boisfévrier en Fleurigné jusqu'en 1789 ;

l'ancien manoir de la Coëtfordière, situé au village de la Coëtfordière. Propriété de la famille de la Bouëxière seigneurs des Haries (en 1476), de la famille du Bois-le-Houx (en 1513), puis des seigneurs du Bois-le-Houx jusqu'en 1789 ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de LA CHAPELLE-JANSON

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.