Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue !

LA FAMILLE de CASTELLAN.

  Retour page d'accueil       Retour page "Seigneurs de Bretagne"  

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

CASTELLAN (de). Armes : d'argent à trois sangliers de sable, 2 et 1.

La famille DE CASTELLAN appartient à l'ancienne noblesse chevaleresque de Bretagne.

Elle a eu pour berceau la seigneurie de son nom, située sur le territoire de la paroisse de Saint-Martin-sur-Oust, dans l'ancien diocèse de Vannes, qu'elle a possédée de toute ancienneté. Renée de Castellan, dernière représentante de la branche aînée de la famille et héritière de la terre de Castellan, épousa en 1589 François de Carné, Sgr de Rosampoul, gouverneur de Morlaix pour le compte de la Ligue ; elle soutint avec lui dans cette ville, en 1594, un siège mémorable contre les troupes du maréchal d'Aumont. En 1716 la seigneurie de Castellan rentra en vertu du retrait lignager dans la famille de ses possesseurs primitifs ; un nouveau mariage la fit passer en 1811 dans la famille Borel de Bottemont ; elle appartient de nos jours (début du XXème siècle) à la famille de la Ruée.

La famille de Castellan a pour premier auteur connu un Perrot de Castellan, écuyer, qui est mentionné en 1375 dans des montres d'Olivier de Clisson. Elle figura de 1426 à 1536 aux réformations et montres de la noblesse du diocèse de Vannes et fut maintenue dans sa noblesse d'extraction, sur preuves de huit générations, par arrêt des commissaires de la réformation du 5 décembre 1668. Cet arrêt fait remonter la filiation à Jean de Castellan dont le fils, François, décédé avant 1523, avait épousé avant 1480 Catherine, héritière de la seigneurie de Bignac, en la paroisse de Saint-Congard, au diocèse de Vannes. Ce François de Castellan fut le bisaïeul d'un autre François de Castellan, sieur du Bois, en la paroisse de Saint-Vincent-sur-Oust, qui épousa en 1553 Renée de Bellouan.

Sévère-Armand de Castellan fut admis en 1740 parmi les pages de la Grande Écurie. On trouvera dans le Nouveau d'Hozier les preuves de noblesse que Louis-Joseph de Castellan, né en 1752 à Peillac, au diocèse de Vannes, fit en 1770 pour être admis parmi les pages de la même Écurie.

François-Emmanuel et Louis-Sévère de Castellan signèrent en 1788 la protestation de la noblesse de Bretagne.

La famille de Castellan a fourni des officiers de terre distingués dont l'un fut nommé en 1783 brigadier des armées navales, un chevalier de Saint-Lazare en 1612, un chevalier de l'Ordre du Roi en 1658, etc..

Elle n'est pas titrée.

Principales alliances : de Carné 1589, d'Andigné, de Parcevaux 1888, de Bellouan 1575, Borel de Bottemont 1811, Potier de Courcy 1877, Bonnier de la Coqueric 1696, de Kermarec 1783, de Bodéan vers 1652, Hérisson de Beauvoir 1723, de Cleux du Gage, de la Ruée 1788, de Kérémar, de Suyrot, de Talliouet, etc.

Il a existé en Provence une famille DE CASTELLAN, ou DE CASTELLANI, qui portait pour armes : de gueules à un château sommé de deux tours d'or, maçonnées de sable. Artefeuil, qui a donné une généalogie de cette famille, reproduite plus tard par la Chesnaye des Bois, en fait remonter la filiation à Etienne-Lanusa Castellani, florentin, qui, ayant pris parti pour les Français contre Charles-Quint, dut, après le succès définitif de celui-ci, quitter sa patrie pour venir se fixer à Marseille. François de Castellan fut maintenu dans sa noblesse le 16 juillet 1668 par jugement des commissaires du Roi chargés de la recherche des faux nobles en Provence. Son fils, Jean-François de Castellan, baptisé en 1674, fut à son tour maintenu dans sa noblesse le 6 août 1710 par jugement du premier président Cardin le Bret. La famille de Castellan était représentée sous Louis XVI par Pompée de Castellan qui avait épousé en 1741 Anne d'Albert et qui en avait deux fils.

On trouve encore que Noel-Georges CASTELLAN, né en 1764 à Smyrne, en Asie Mineure, colonel d'infanterie, fut créé baron de l'Empire par lettres du 15 septembre 1811. Le colonel Castellan reçut les armes suivantes : coupé au 1 d'or à un casque de sable, grillé et taré de front, panaché de gueules ; au 2 d'azur à deux tours carrées, réunies par un mur crénelé, le tout d'argent, ouvert et maçonné de sable, et soutenu d'argent ; au franc quartier des barons militaires.

Il existe enfin de nos jours (début du XXème siècle) à Paris une famille CASTELLAN DE MONTRY dont le chef est connu sous le titre de comte et sur laquelle on n'a pu se procurer aucun renseignement.

(Chaix d'Est-Ange).

 © Copyright - Tous droits réservés.