Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue !

LA FAMILLE DES LE FER.

  Retour page d'accueil        Retour page "Seigneurs de Bretagne"  

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Notice généalogique sur les Le Fer.

FER de la MOTTE, de la SAUDRE, de BONABAN et de la GERVINAIS (le). Armes : échiqueté d'or et de gueules. - Aliàs : échiqueté d'argent et d'azur. Supports : deux lions.

La famille LE FER est très anciennement connue à Saint-Malo, en Bretagne. D'après la tradition elle serait originaire du Blésois d'où Jean et Michel le Fer, frères, seraient venus s'établir à Saint-Malo en 1488. Cependant son nom était porté dans cette ville dès 1462.

Le vicomte de la Messelière lui a consacré une de ses Filiations bretonnes et Saint-Allais en a donné une généalogie sommaire dans le tome II de son Nobiliaire universel.

Jacques et Michel le Fer, chanoines de Saint-Malo, furent députés aux Etats royalistes de Rennes, en 1590. Honorable homme Bertrand le Fer, sieur de Limonnay, inhumé à Saint-Malo le 8 janvier 1606, avait épousé, le 15 juin 1560, Guillemette Gravé. Il en eut, entre autres enfants, deux fils, honorables hommes Jacques et Macé le Fer, qui furent les auteurs des deux grandes branches actuellement existantes de la famille le Fer.

Les représentants de ces deux branches furent déboutés en 1668 de leurs prétentions nobiliaires par arrêt de la Chambre de réformation. La famille le Fer fut encore déboutée en 1702 par arrêt du Conseil d'Etat.

L'auteur de la branche aînée, Jacques, sieur de Limonnay, épousa en 1593 Claire Malherbe. Sa descendance, connue sous le nom de LE FER DE LA MOTTE, ne paraît pas avoir jamais cherché à régulariser sa situation nobiliaire. Elle est représentée de nos jours par deux rameaux qui ont pour auteurs les deux fils de maître Charles-Louis le Fer, sieur de la Motte, né à Saint-Malo en 1744, marié dans cette ville en 1778 à Josèphe-Claire Joliff.

L'auteur de la branche cadette, Macé, sieur de la Saudre, décédé à Saint-Malo en 1615, avait épousé en 1593 Perrine Guillaume, fille d'un procureur des bourgeois de cette ville. Leur fils, noble homme Bertrand le Fer, sieur de la Saudre, décédé à Saint-Malo en 1655, eut de son mariage avec Guillemette Martin deux fils, François et Luc, qui furent les auteurs des deux grands rameaux de la branche cadette.

Un des représentants du premier rameau, Guillaume-Pierre le Fer, sieur de la Saudre, fut pourvu en 1763 de l'office anoblissant de secrétaire du Roi en la chancellerie près du Parlement de Bretagne. Il n'eut pas d'enfants et ce fut son frère aîné, François-Guillaume le Fer, sieur de la Saudre, marié à Cadix en 1751 à Damase Rouland, qui continua la lignée. La descendance de celui-ci est connue de nos jours sous les noms de LE FER DE BONABAN et de LE FER DE LA SAUDRE, M. Hippolyte-Eugène le Fer demanda le 17 septembre 1865 l'autorisation de joindre régulièrement à son nom celui de DE BONABAN. Mlle le Fer de la Saudre épousa vers 1870 M. Robert de Saint-Victor, notaire à Saint-Valery.

Le chef du rameau cadet, François le Fer, Sgr. de Beauvais, né à Saint-Malo en 1672, fut pourvu en 1711 de l'office anoblissant de secrétaire du Roi en la chancellerie près du Parlement de Bretagne. Sa descendance est connue de nos jours sous le nom de LE FER DE LA GERVINAIS.

La famille le Fer a fourni des officiers de mérite, dont plusieurs ont été tués à l'ennemi, des chevaliers de Saint-Louis, etc.

Principales alliances le Saige, Ginguené 1810, Bouvet de la Maisonneuve, Vittu de Kerraoul, Pleuvier de la Pontais 1899, de Longueau de Saint-Michel, Sebire 1787, Magon 1825, Apuril de Kerloguen, Urvoit de Saint-Mirel, de Brunet du Guillier, Loysel 1909, etc. (Chaix d'Est-Ange).

 © Copyright - Tous droits réservés.