Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Lorousiens

LE LOROUX

  Retour page d'accueil       Retour Canton de Fougères  

La commune du Loroux (bzh.gif (80 octets) Lavreer) fait partie du canton de Fougères. Le Loroux dépend de l'arrondissement de Fougères, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Le Loroux, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE du LOROUX

Le Loroux vient du latin "loratirio" (l'oratoire). 

Les actes de l'abbaye de Savigné (Manche)nous apprennent que vers 1125 un seigneur nommé Raoul, fils de Payen, d'accord avec ses frères Hugues, Geffroy et Robert, Lovel, son oncle, et Jean, fils de Mischine, son cousin, donna à cette abbaye l'église du Loroux avec toutes ses dépendances, « ecclesiam villœ de Loratorio ».

Cette donation fut tout d'abord approuvée par Raoul, seigneur de Fougères, et par Rouaud, évêque de Rennes, décédé en 1126 (Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, I, 605). Hamelin, qui succéda à ce dernier (1127-1141), la ratifia également, et de son côté Henry, seigneur de Fougères, y donna son approbation par la grande charte qu'il concéda aux religieux de Savigné lorsqu'en 1150 il se démit de ses droits en faveur de son fils et prit l'habit monastique dans cette abbaye (Dom Morice, Preuves de l'histoire de Bretagne, I, 605). 

En 1157, Etienne de la Rochefoucaud, évêque de Rennes, confirma l'abbaye de Savigné dans tous les droits que lui avaient octroyés ses prédécesseurs, c'est-à-dire dans la possession de l'église du Loroux, de son cimetière et de ses dîmes, « ecclesiam Sancti Martini de Loratorio et totum cymeterium et omnes decimas totius parochiœ », et dans le droit de lui présenter le prêtre ou recteur chargé de la desservir, ne faisant d'autre réserve que pour les droits cathédraux et épiscopaux (« Electionem et presentationem et liberam dispositionem presbyteri et omnes res ad ipsam ecclesiam pertinentes, salve redditu B. Petri et Nostro » (Archives Nationales, L.1146). Depuis lors et jusqu'à la Révolution, l'abbé de Savigné présenta le recteur du Loroux. Ce dernier déclara en 1679 que son presbytère, avec ses cour et jardin, dépendaient en fief amorti de l'abbaye de Savigné (Pouillé de Rennes). 

En 1790, le recteur, M. Bernard, fit la déclaration suivante : son presbytère et son pourpris (environ 3 journaux de terre) lui rapportaient 74 livres ; — le tiers des grosses dîmes (les moines de Savigné cueillant les deux autres tiers), 900 livres ; — les menues dîmes, 250 livres ; — les dîmes novales, 20 livres ; — total de son revenu : 1244 livres. Mais il devait payer la pension de son vicaire, 350 livres ; — les décimes, 60 livres ; — pour l'entretien du chanceau et du presbytère, 60 livres, etc., ce qui réduisait considérablement ses rentes. A la même époque, la fabrique du Loroux avait 10 livres de revenu, la bourse des pauvres 51 livres, et celle des défunts 30 livres (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1 V, 27).

On rencontre les appellations suivantes : Ecclesia de Loratorio (en 1125), Loratorium (en 1516).

Note : liste non exhaustive des recteurs de la paroisse du Loroux :  François de la Haye (issu des seigneurs de la Haye Saint-Hilaire, il résigna en faveur du suivant). Hilaire de la Haye (il prit possession le 18 avril 1526). Jean Pellet (en 1596). Jacques Perrin (en 1642). César Egasse du Boullay (prêtre du Mans, il fut pourvu le 30 juillet 1659). Julien Piton (il prit possession le 11 janvier 1660). Julien Catin (prêtre du Mans, il prit possession le 24 avril 1661). André Le Vannier (il rendit aveu au roi le 31 juillet 1679 ; décédé en 1703). Etienne Trouillet (prêtre du diocèse, il fut pourvu le 25 avril 1703 ; décédé en 1723). Gilles Busnel (prêtre d'Avranches, il fut pourvu le 13 juin 1723 ; décédé en 1729). Jacques Le Menuet (diacre de Coutances, il fut pourvu en 1729 ; décédé en 1778). Etienne-Augustin Bossard (il fut pourvu le 6 décembre 1778 ; décédé en 1783). Jean-Michel Bernard (pourvu le 12 octobre 1783, il gouverna jusqu'à la Révolution). Jean-Joseph Dautry (1803, décédé en 1828). N... Téhard (1829-1838). N... Porée (1838-1844). Casimir Troprée (1844-1847). Joseph Boesnel (1847-1862). François Poulain (1862-1871). Joseph Régnier (1871-1879). Pierre Leteuré (à partir de 1879), ....

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE du LOROUX

l'église Saint-Martin (XV-XVIIIème siècle). Dédiée de tout temps à saint Martin, évêque de Tours, l'église du Loroux appartient en majeure partie au XV-XVIème siècle ; on lit encore sur les sablières les dates 1524 et 1542 ; sur la porte principale, à l'Ouest, est une inscription gothique. L'édifice se compose de trois nefs qui ont été régularisées de nos jours et dont les ouvertures sont toutes ogivales ; mais la grande fenêtre du chevet est depuis longtemps bouchée. Au Sud du choeur était une chapelle seigneuriale, et dans le choeur même se trouvait un enfeu. On voyait dans cette église, en 1781, les autels du Rosaire et de Saint-Roch, ce qui y prouve l'existence ancienne de la confrérie du saint Rosaire. La seigneurie de la paroisse du Loroux appartenait, dit M. Maupillé (Notices historiques sur les paroisses du canton de Fougères, 122), à l'abbé de Savigné, qui y exerçait les droits de haute justice et ceux de prééminence dans l'église (Pouillé de Rennes). Cette église, qui date en majeure partie du XVIème siècle, remplace l'ancien sanctuaire du XIIème siècle : elle se compose d'une nef et de deux collatéraux. Une chapelle seigneuriale se trouvait autrefois au sud du choeur. Le clocher, oeuvre de l'architecte Jourdin de Fougères, date du XVIIIème siècle. Le retable date du XVIIème siècle et provient du couvent des Urbanistes de Fougères, fondé en 1633 (il comporte un tableau représentant la Crucifixion). Les vitraux datés de 1942 sont l'oeuvre du maître verrier Rault de Rennes. Le pignon-ouest date de 1411. L'église conserve d'intéressantes gargouilles ; 

les anciennes chapelles de la Motte-Anger. Des deux chapelles construites au manoir de la Motte-Anger, il ne reste plus qu'un oratoire insignifiant à la fin du XIXème siècle ; les débris de la principale d'entre elles annoncent une construction soignée de la renaissance (Pouillé de Rennes).

la maison (XVIIème siècle), située dans l'Impasse des Druides ; 

les maisons (XVIIème siècle), situées au hameau de La Mare ; 

le moulin du Tertre ; 

A signaler aussi : 

de nombreux cercueils en calcaire coquillier ont été trouvés dans la commune du Loroux ;

l'ancien manoir de Bourgboulier, situé route de Laignelet à Larchamp. Propriété successive des familles Hamart (au milieu du XIVème siècle et en 1460), Guillou seigneurs de la Motte-Anger (en 1474), Hamart (en 1513 et en 1559), Fettuet et le Reste seigneurs de la Boissière, du Gué seigneurs des Faucheries (vers 1653), du Pontavice (vers 1722 et en 1789) ;

l'ancien manoir de la Haute-Bougère ;

l'ancien manoir de la Sionnière. On y trouve une ancienne croix ;

l'ancien manoir de la Huardière, situé route de Landéan ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE du LOROUX

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.