Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Ploudiriens

PLOUDIRY

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Ploudiry  

La commune de Ploudiry (bzh.gif (80 octets) Plouziri) est chef lieu de canton. Ploudiry dépend de l'arrondissement de Brest, du département du Finistère (Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de PLOUDIRY

Ploudiry vient du breton « ploe » (paroisse) et « diri » (chênes).

Ploudiry, ancienne paroisse primitive, fut fondée entre le VIème et le VIIème siècle. Elle comprenait, à l’origine, outre les trèves de La Martyre, Pont-Christ (aujourd'hui en La Roche-Maurice), Pencran et Saint-Julien-de-Landerneau, les territoires de Loc-Eguiner et du Tréhou, ainsi que ses trèves Trévéreur (aujourd'hui en Le Tréhou) et Treflévénez.

Ville de Ploudiry (Bretagne).

Ancien prieuré-cure de l’abbaye de Daoulas, Ploudiry avait autrefois parmi ses dépendances le manoir d’Irsiry, à La Martyre (noté Hirdiry en 1473) et dépendait de l'ancien évêché de Léon.

On rencontre les appellations suivantes : Ploediri (en 1173), Ploeziry (en 1292), Ploediri (vers 1330) et Ploueziry (en 1357).

Note 1 : liste non exhaustive des maires de Ploudiry : Alain Pouliquen (1791-1792), Yves Meudec (1792-1796), Alain Pouliquen (1796-1801), Yves Léon (1801), Jacques Pouliquen (1801-1803), Yves Crenn (1803-1811), Yves Léon (1811-1815), Nicolas Cariou (1815-1821), Yves Cloarec (1821-1829), François Marie Huc (1830-1832), François-Marie Boucher (1832-1871), Gabriel Boucher (1871-1872), Alain Pouliquen (1872-1878), Gabriel Boucher (1878-1896), Jean David (1896-1913), Guillaume Guéguen (1913-1925), François Louis Berthelot (1925-1930), Joseph Boucher (1930-1941), Jules Cornec (1942-1944), Joseph Boucher (1945-1947), Marie Rohel (1947-1965), Yves Pouliquen (1965-1973), Joseph Le Bras (1973-1977), Laurent Perros (1977-1995), Yves Cornec (1995-2001), Jean-Jacques Piton (2001-...), etc ...

Note 2 :  Les deux députés représentant la paroisse de Ploudiry lors de la rédaction du cahier de doléances de la sénéchaussée de Lesneven le 1er avril 1789  étaient Alain Pouliquen et Olivier Léon.

Note 3 : liste non exhaustive des recteurs de Ploudiry : Olivier an Mesgoez (1474-1482), Riou du Guermeur (1495-1518), Jean Le Goarant (1535-1542), Olivier du Chastel (abbé de Daoulas), Jean Simon (1569-1571), .. Louis Le Vergotz (1669-1692), Pinson (1705), Le Bris (1785), etc ....

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de PLOUDIRY

l'église Saint-Pierre (XVIIème siècle), reconstruite en 1854-1857 par Joseph Bigot. Outre la travée du clocher encastré, l'église comprend une nef de quatre travées avec bas-côtés, un transept et un choeur terminé en hémicycle. Le clocher est exécuté en 1859 sur les plans de Nestour. La reconstruction a conservé l'abside et le bas-côté sud daté de 1700 : le bas-côté sud porte l'inscription "Cette église a été rebâtie de nevee l'an 1700 lors fabriques Jean Kerbrat Joseph Hellouet" . Le porche sud date de 1665 : il porte l'inscription "M. Le Roux F. G. Sanquer 1665". et sur les contreforts les noms des fabriques (F. Kergoat, M. Omnes, G. Le Coulm, H. Nicolas). Une porte intérieure, plus vieille d'un siècle, était décorée des armes en alliance d'Olivier de Brézal, sieur dudit lieu et de Rosnivinen, et de Jeanne de Névet, sa compagne, en 1560. Un bénitier sculpté, oeuvre de Jean Le Bescond, date de 1675-1680. Trois autres bénitiers datent de 1643, 1673 et 1715. L'église possède trois retables : celui du maître-autel à pavillon du XVIIIème siècle (qui provient, semble-t-il, de la chapelle de Notre-Dame des Portes à Châteauneuf-du-Faou), le retable du Saint-Nom-de-Jésus (XVIIème siècle), dû à François Lerrel puis refait en 1759 par Louis Magado (il intègre un tableau de 1657), et le retable du Rosaire (XVIIème siècle), orné d'un tableau de 1662. Les tableaux, représentant respectivement la Glorification du Saint Nom de Jésus (1657) et le Rosaire (1657), ont été restaurés en 1954 par Mlle Queinnec de Landivisiau. La chaire à prêcher date du XVIIème siècle. L'ancienne boîte de saintes huiles, transformée en reliquaire, date du XVIIème siècle. Les fonts baptismaux, avec dôme amorti par une gloire surmontée d'une couronne, datent du XVIIIème siècle. Deux panneaux représentent en bas-relief l'Adoration des bergers et l'Adoration des mages : il s'agit d'oeuvres de François Lerrel, datées de 1682. La maîtresse vitre semble provenir de l'ancien édifice : elle comprend à la partie supérieure une Crucifixion (XVIIème siècle), et au-dessous, Notre-Seigneur au jardin des oliviers, la Cène et l'Arrestation. Les vitraux modernes sont du maître verrier quimpérois Guével. L'église abrite les statues de saint Michel (XVIIIème siècle), sainte Barbe, sainte Anne et la Vierge, saint Dominique, sainte Catherine de Sienne, saint Yves, saint François d'Assise, saint Herbot, la Vierge-Mère, un Crucifix entre la Vierge et saint Jean, un Ecce Homo et une Pietà ;

Eglise de Ploudiry (Bretagne).

Voir   Ville de Ploudiry (Bretagne) " L'enclos paroissial de Ploudiry ".

Eglise de Ploudiry (Bretagne).

la chapelle-ossuaire Saint-Joseph (1635-1731), restaurée en 1731. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire et daté de 1635. La porte en plein cintre, encadrée de deux colonnes cannelées aux chapiteaux d'ordre corinthien, est surmontée d'un fronton grec dans le tympan duquel est un buste de saint Pierre, coiffé de la tiare. Cinq baies en plein cintre, séparées par des pilastres d'ordre dorique, sont couronnées des personnages d'une danse macabre : le laboureur, la noble dame, le juge et le guerrier qui conduit la Mort, tenant un dard. A l'angle du contre-fort, un ange au-dessus du bénitier, qui semble daté de 1635, tient une banderole portant "Bones Gentz qui par. icy. passez : priez Dieu. pour. les Trepassez 1635" et les chapiteaux des gaines portent l'inscription "G. Goulx. V. Bosec. Fabriques. Lan 1635" ;

Ossuaire de Ploudiry (Bretagne).

la chapelle Saint-Antoine (XVIIème siècle). Il s'agit d'un édifice en forme de croix datant du XVIIème siècle. Les retables datent du XVIIème siècle : on y trouve un tableau de la Crucifixion (XVIIème siècle), restauré par Mlle Queinnec de Landivisiau. La chapelle abrite les statues de saint Paul-Aurélien, saint Antoine, la sainte Vierge, un Ecce Homo et le Couronnement de la Vierge ;

Chapelle de Ploudiry (Bretagne).

les vestiges de la chapelle Saint-Jean-Baptiste (XVIIème siècle). Il s'agit d'un édifice en forme de croix et en ruines depuis 1930 ;

le calvaire de la chapelle Saint-Antoine (1689) ;

la croix de Kerlann (XVème siècle) ;

la croix « Croas ar Paps » de Kerbader (XVème siècle), restaurée, semble-t-il, en 1920 ;

la croix de Kerbroch (XVème siècle), restaurée en 1955 ;

la croix du cimetière de Ploudiry (XIVème siècle) ;

le calvaire du cimetière de Ploudiry (1633), restauré en 1863 ; 

le calvaire de Primel (XVIème siècle), restauré en 1926-1955 ;

d'autres croix ou vestiges de croix : la croix de Botlavan (XIXème siècle), la croix de Coat-ar-Gall (1907), les vestiges de croix situés au cimetière de Ploudiry (XVIème siècle), la croix du presbytère de Ploudiry (Moyen Age), le soubassement de croix de Porlazou. A signaler aussi la croix de Mézivien, aujourd'hui disparue ;

la fontaine Saint-Antoine (XVIIème siècle) ;

l'ancienne fontaine Saint-Jean-Baptiste ;

l'ancienne fontaine (vers 1630) ;

l'ancien presbytère (1630) ;

l'ancien château ou manoir de Kermadec, en Ploudiry, évêché de Léon. Près de la route de Carhaix, on apercevait jadis les toitures aiguës du manoir de Kermadec, où naquit, dans la seconde moitié du XIIIème siècle, Olivier Saladin, recteur de l'Université de Paris, en 1318, puis évêque de Nantes (1339-1354), surnommé, nous dit Dom Morice, la fleur des prélats de son temps. Il se trouva à Avignon pour la canonisation de saint Yves, dont il prononça le panégyrique, le 19 mai (mardi des Rogations) 1349, en présence du pape Clément VI. Olivier Saladin était frère de Pigette, qui porta, par mariage, la seigneurie de Kermadec à Hervé Huon, prévôt féodé de la vicomté de Léon, lequel retint pour lui et ses descendants le nom de Kermadec. Saladin portait : D'or à trois annelets d'azur, pièces héraldiques qui se retrouvent encore dans le blason des Huon, qui y ont ajouté seulement : trois croisettes, recroisettées aussi d'azur. Le manoir actuel de Kermadec fut construit en 1503 par Pierre Huon, sieur de Kermadec. Le portail était surmonté de son écu couché à l'antique, timbré d'un heaume à lambrequins avec un vol pour cimier et surmonté par des lions. Cette pierre est déposée vers la fin du XIXème siècle dans la cour du château de Chef-du-Bois. Les srs. de Kermadec percevaient 15 deniers sur tout navire chargé de vin qui entrait « es havres, rade et mettes de Landerneau, ayant bateau ou coquet, et un quart de « minot sur tout navire chargé de sel ». Le manoir de Kermadec a changé de maître, mais la famille de ses anciens possesseurs justifiant sa devise : A tao da virviquen (toujours à jamais), s'est perpétuée jusqu'à nous (Bretagne contemporaine, t. II, p. 104) ;

Nota : A une petite lieue de Landerneau, en bordure de la route de La Martyre, ce manoir a été transformé en ferme il y a fort longtemps. Il compte parmi les plus vieux de notre région et ses propriétaires, les seigneurs de Kermadec, appartenaient à l'une des plus anciennes familles bretonnes dont les armes étaient « d'or à trois annelets d'argent ». La terre noble de Kermadec jouissait, comme on va le voir, d'un privilège féodal assez rare, prix sans doute d'éminents services rendus par ses possesseurs à leurs suzerains, les vicomtes de Léon. C'est là (ou peut-être dans un manoir plus ancien que l'actuel) que naquit, au milieu du XIIIème siècle, un prélat de qualité, Ollivier Salahadin ou Saladin, qui devint en 1318 recteur de l'Université de Paris, puis évêque de Nantes. Ses mérites lui valurent le surnom de « Fleur des Prélats ». A la canonisation de saint Yves à Avignon, c'est lui qui, devant le Pape, prononça le Panégyrique. Sa sœur, Pigette Saladin, dame de Kermadec, était l'épouse de Messire Huon, chevalier, auquel Hervé VI de Léon avait accordé l'exemption du droit de rachat ou de relief pour sa terre de Kermadec, renouvelant ainsi le privilège antérieur octroyé par Conan de Léon (de la branche aînée) en 1270, et par Guiomarh son fils, au père de ladite Pigette. Privilège combien avantageux quand on sait qu'il exemptait les héritiers successifs du manoir et de ses terres d'un impôt seigneurial s'élevant à une année de revenus du fief que le suzerain était, d'après la coutume féodale, en droit de leur réclamer. En 1307, la famille Kermadec se fondit dans celle des Huon. Olivier Huon, sieur de Kermadec, écuyer de Jean V, accompagna celui-ci jusqu'à Amiens pour tenter de secourir les Français à Azincourt (1405). Guyomar Huon accompagnait Clisson au siège du château de Brest en 1378. Pierre de Kermadec figure dans une montre de 1489. Alain Huon, seigneur de Kermadec, l'un des gens d'armes du prince de Conti, est né le 18 mars 1629 au manoir. C'est le seigneur de Kermadec, prévôt inféodé pour toutes les dépendances de la Principauté de Léon qui, en 1677, accueillit à Landerneau la duchesse Marguerite de Rohan (veuve du duc de Rohan-Chabot) venue visiter sa bonne ville. La famille Huon de Kermadec devait fournir à la Marine un chef d'escadre et plusieurs officiers de moindre grade, dont un capitaine de vaisseau qui commandait, sous les ordres de d'Entrecasteaux, la frégate « l'Espérance », partie en 1791 à la recherche du malheureux La Pérousse dont, quarante ans plus tard, Dumont-D'Urville devait découvrir le bateau (La Boussole) et apprendre que son commandant avait été massacré, ainsi que son équipage, en 1788, par les indigènes de l'île de Vanikoro (Mélanésie). Le nom de Huon a été donné à des îlots au nord de la Nouvelle-Calédonie à un golfe au sud-est de la Nouvelle-Guinée. Enfin un archipel au nord de la Nouvelle-Zélande porte le nom d'îles Kermadec. Revenons au manoir lui-même. Une porte de pierre transférée au manoir du Chef du Bois compartait, comme il était d'usage alors, trois piles perpendiculaires plus profondes que larges, diversement écartées pour ménager un grand passage pour les voitures et un passage étroit, barré d'un échalier, pour les piétons qui devaient l'enjamber ; cette porte monumentale donnait accès à une belle rabine bien plantée (aujourd'hui disparue) qui menait au manoir. Kermadec, construit en équerre avec une tour à la jonction des deux ailes, est orienté comme la Grande Palue. Les façades percées de portes et de fenêtres se tournent vers l'Ouest et le Sud, tandis que les murs exposés au Nord et à l'Est sont avares d'ouvertures. La porte d'entrée, de style gothique (commencement du XVIème siècle) présente de très fines sculptures. Remarquer notamment le fleuron couronnant l'accolade et les petits culs-de-lampe soutenant la retombée de la moulure. Au rez-de-chaussée, deux fenêtres qui comportaient cinq meneaux chacune. Un bel escalier de pierre aboutissait à la partie manquante de la tour qui a été tronquée de l'étage qui devait correspondre à la chambre haute. Les ruines d'une chapelle dédiée à Saint-Julien se voyaient encore en 1897. Ses pierres ont été employées à la construction de la maison de ferme de Ker-Loïs (en bordure de la route). On célébra dans cette chapelle, en 1654, le mariage de Pierre de Kéranguen et de Catherine, dame de Traon-Beuzit. Autrefois, dans la cour, maintenant à l'intérieur du manoir, une statue de pierre datée de 1567 qui passe pour être celle de Saint-Magloire. Le personnage tient sur son ventre un écu. L'imagination populaire a voulu identifier la gravure paraissant sur l'écu à des entrailles, d'où la légende que voici : Un ouvrier agricole occupé à trier des pommes de terre, lassé de voir toujours devant lui cette statue, l'injuria et lui lança quelques tubercules à la tête. Le saint se vengea en déclenchant chez son insulteur une violente colique. A noter dans certains murs du manoir d'énormes pierres de taille dont quelques-unes atteignent deux mètres de long et un mètre de large. Le colombier se dresse encore dans un champ voisin. Détail remarquable, Kermadec a été construit sur une butte dont on retrouve, à l'Ouest, le fossé encore bien marqué et dont l'ensemble constitue une motte féodale (Jéhan Bazin).

les anciens manoirs de Ti-Brid, Pors-Lazou, Kerangoarch et Botlavan ;

la maison de Kerriou (XVIIème siècle) ;

6 moulins dont le moulin à eau de Menaouen, de Rozarvilin, de Pennafers, de Saint-Jean,..

A signaler aussi :

le tumulus de Reuniou (âge de bronze) ;

l'allée couverte de Gorré-Coat, situé dans le bois de Kerfaven ;

la motte du moulin de Ménaouen ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de PLOUDIRY

On comptait autrefois en Bretagne six familles du nom de Huon, mais celle qui nous occupe descendait de Léon et de Penhoët. Huon, ramage de Léon et Penhoët, sr. de Kerhuon, de Kermadec et de Kermabgeffroy, en Ploudiry, — de Penanroz, paroisse du Tréhou, — de Kerlézérien, en Saint-Thomas de Landerneau, — de Penhep, en Dirinon, — du Bodonn, — de Gorrécong, — de Kervasdoué, en Plougoulm, — de Lanhouardon, en Plabennec, — châtelain de Trogoff, en Plouégat-Moysan, — sr. de Boharz-an-Coat, et du Tromeur, en Guiler. Ancienne extraction chevaleresque. — Onze générations en 1669. — Réformes et montres, de 1426 à 1534, en Ploudiry, évêché de Léon. Blason : D'or à 3 annelets d'azur, 2 et 1, cantonnés de 3 croisettes recroisettées de même, 1 et 2 ; alias : D'or à 3 croisettes recroisettées d'azur, 2, 1, accompagnées de 3 annelets mal ordonnés de même. Devise : A tao da virviquen (Toujours à jamais). Huon a produit : Hervé, fils Huon, prévôt féodé héréditaire de la vicomte de Léon, marié à Pigette Saladin, dame de Kermadec, fit confirmer, en 1307, par Hervé de Léon, les lettres d'exemption de rachat, octroyées en 1270 par Guyomarc'h de Léon à messire Saladin, père de la dame de Kermadec. — Guyomarc'h, écuyer, dans une montre de 1378. — Olivier, époux de Catherine Le Vayer, écuyer du corps et de la chambre du duc, l'accompagna à Amiens pour secourir les Français à la bataille d'Azincourt, en 1415. — Alain, sr. de Kermadec, chevalier de l'ordre en 1649, servait à 20 ans dans la compagnie des gens d'armes du prince de Conti ; marié, en janvier 1654, à Anne de Pensornou, dame de Trogoff, qui lui donna plusieurs fils, dont un, en particulier, Vincent, se distingua dans la marine. — Cet Alain, vivant encore en 1671, était fils de François et de Renée de Penancoët. — Jean-Marie et Jean-Michel, pages du roi en 1762. — Un grand nombre d'officiers distingués dans la marine, dont deux tués à l'assaut de Carthagène, en 1697. — Un chef d'escadre, mon en 1787, et un des combattants de l'expédition d'Entrecasteaux à la recherche de La Pérouse, en 1791, qui a donné son nom à plusieurs archipels dans l'Océanie (J. de Kersauson).

 

Lors de la Réformation de l'évêché de Léon en 1443, plusieurs familles nobles sont mentionnées à Ploudiry.

Botlavan (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Ploudiry. D’argent à l’aigle impériale de sable et trois cœurs d’azur posés en bande. Eguiner se trouve mentionné entre les nobles de Ploudiry.

Gestin ou Jestin, seigneur de Poulbroc'h, paroisse de Ploudiry. D’or au sautoir d’azur. Henry se trouve mentionné entre les nobles de Ploudiry.

Goasmoal (du), seigneur dudit lieu, paroisse de Ploudiry. D’azur fretté d’argent, brisé en chef d’un croissant de gueules [alias : d’argent fretté d’azur]. Jean se trouve mentionné entre les nobles de Ploudiry.

Huon, seigneur de Kermadec, paroisse de Ploudiry. D’or à trois croisettes recroisettées d’azur et trois annelets entremêlés de même. Guyomar se trouve mentionné comme écuyer dans une montre en 1378 (Histoire de du Guesclin, p. 391) ; Olivier se trouve mentionné entre les nobles de Ploudiry.

Kerraoul (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Ploudiry, et de Kergréguen, paroisse de Plounéventer. De sinople à trois coquilles d’or. Robert se trouve mentionné entre les nobles de Ploudiry et de Plounéventer.

Rosnyvinen (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Ploudiry. D’or à une hure de sanglier de sable. Jean se trouve mentionné comme écuyer dans une montre de 1371 ; Marguerite se trouve mentionnée entre les nobles de Plouvien.

Spernot (an), seigneur dudit lieu, paroisse de Ploudiry. Yvon se trouve mentionné entre les nobles de Ploudiry.

 

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de l'évêché de Léon reçue à Lesneven en 1481, on comptabilise la présence de 7 nobles de Ploudiry :

Guyhomar COURTOYS (100 sols de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Yvon GOAZMOAL (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Guyon GOAZMOAL (6 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Yvon HUON (60 livres de revenu), malade, remplacé par Jehan Coëtquelfen : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Henry JESTIN (10 livres de revenu) : porteur d'une jacque, comparaît armé d'une vouge ;

Ollivier POULLANNAN (30 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Yvon SPERUET (100 sols) : porteur d'une jacque, comparaît armé d'une vouge ;

 

A la "Montre" de l'Evêché de Léon de l'an 1503 (25 septembre) qui s'est tenue à Lesneven, revue militaire (tenue par les sieurs du Chastel, Kermavan et de Kerouzéré, commissaires) à laquelle tous les nobles devaient participer munis de l'équipement en rapport avec leur fortune, les nobles suivant de Ploudiry étaient présents :

Messire Hervé de Kerc'oent, à deux chevaulx. Injonction de s'armer ;

Pierre Huon de Kermadec, en brigandine ;

Heguiner Botlavan, en brigandine ;

Jehan Goasmoal, en brigandine ;

Loys Kerauzault, en brigandine.

 

A la « montre » (réunion de tous les hommes d’armes) de l’évêché de Léon reçue à Saint-Renan le 24 août 1557, un noble Ploudiry (Ploedyry) est mentionné :

L’héritier de Olivier Guernysac, tenant fief noble.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.