Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Perrusiens ou Perreusiens

SAINT-PERREUX

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Allaire  

La commune de Saint-Perreux (bzh.gif (80 octets) Sant-Pereg) fait partie du canton d'Allaire. Saint-Perreux dépend de l'arrondissement de Vannes, du département du Morbihan (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Saint-Perreux, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-PERREUX 

Saint-Perreux vient de Petroc (devenu Perreux ou Petreux), personnage originaire de la Cornouaille insulaire.

Saint-Perreux est une ancienne trève de Saint-Vincent qui est un démembrement de la paroisse primitive de Peillac. Saint-Perreux dépendant des seigneurs de Rieux est mentionné pour la première fois au IXème siècle dans le cartulaire de l'abbaye de Redon.

Saint-Perreux est mentionné en 1398 dans les archives du château de Castellan en Saint-Martin-sur-Oust. Le territoire s'appelle aussi à l'époque Ressac ou Clos de Ressac. 

Saint-Perreux est érigé en commune du canton de Peillac et du district de Rochefort en 1790. En 1801, Saint-Perreux relève du canton d'Allaire. En 1802, l'église tréviale devient paroissiale.

Note : Saint-Perreux, cette ancienne trève de Saint-Vincent est limitée au nord par Saint-Vincent et Bains, à l'est par l'Oust et au sud-ouest par l'Arz. En 1891, sa superficie est de 629 hectares seulement, et sa population de 572 habitants. Le bourg, situé sur le bord de l'Oust, a été transféré en 1860 au village de l'Abbaye. Il est à 5 kilomètres de Saint-Vincent, à 7 d'Allaire et à 57 de Vannes. Ce territoire porte aussi le nom de Ressac et de Clos-de-Ressac, dénomination qu'il tire de sa situation au milieu des eaux pendant l'hiver. Dans sa partie méridionale il existe un tumulus, dans lequel on a trouvé, dit-on, des fragments de charbon et même des briques romaines. Saint Perreux, patron de la localité, était fils d'un des petits rois de la Cambrie, et avait fondé dans la Cornouaille insulaire un monastère, qui prit plus tard le nom de Padstow et celui de Botmin. Ses reliques ayant été dérobées en 1177 et transportées à Saint-Méen-de-Gael, le roi d'Angleterre Henri II en obtint aussitôt la restitution. Ce petit territoire est mentionné dans le cartulaire de Redon, où l'on voit un certain Tréanton donner à l'abbaye, vers 862, le cours de la rivière de l'Oust, depuis l'écluse de Muzin jusqu'au confluent de l'Arz (p. 58). Les religieux gardèrent jusqu'à la Révolution le droit exclusif d'y pêcher le saumon. « Saint-Perreuc » est encore mentionné en 1398 dans les archives du château de Castellan. La date précise de son érection en trêve est inconnue ; la collection de ses registres de baptêmes, de mariages et de sépultures remonte à l'année 1603. On y voit que, sur la fin de 1605, la « contagion » envahit ce quartier et emporta 45 personnes ; le sacristain fut l'une des victimes, et l'église resta fermée pendant six semaines. En 1790, Saint-Perreux fut érigé en commune, du canton de Peillac et du district de Rochefort. Son curé prêta le serment en 1791, mais il le rétracta presque aussitôt. En 1793, le général Beysser se présentant au passage de l'Oust, avec un corps de l'armée républicaine, les habitants tentèrent de s'y opposer. Mal leur en prit, car plusieurs paysans furent tués et les villages furent pillés. On a trouvé deux boulets en démolissant le choeur de l'ancienne église. Ce passage de l'Oust se faisait anciennement sur un bac, au profit du seigneur du Boro en Saint-Vincent ; il se fait, à partir de 1836, sur un pont suspendu. Ce pays renferme à la fin du XIXème siècle une belle carrière d'ardoises, et produit des châtaignes qui sont très grosses et très savoureuses (J-M. Le Mené).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de SAINT-PERREUX

l'église Saint-Perreux (1860). Depuis sa construction, l'église a été remaniée et sa nef entièrement renouvelée ;

Nota : A la restauration du culte, en 1802, Saint-Perreux fut érigé en succursale, et son ancienne église tréviale devint paroissiale. C'est un édifice en forme de croix latine, à contreforts simples, à clocheton carré sur l'inter-transept, et à fenêtres ogivales ; la fenêtre du fond est géminée et à trilobes ; on y voyait naguère des restes de vitraux et l'écusson des Rieux. Aujourd'hui cette église est presque abandonnée et tombe en ruines. La nouvelle église du village de l'Abbaye est devenue paroissiale depuis 1860. Construite sans soin, elle a déjà dû subir le renouvellement complet de sa nef. Elle est plus centrale que l'ancienne et à proximité du presbytère : c'est ce qui lui a valu la préférence. Il y avait aussi jadis en Saint-Perreux une chapelle de Saint-Yves, mais elle est depuis longtemps en ruines (J-M. Le Mené).

la chapelle Saint-Perreux (XV-XVII-XIXème siècle), remaniée au XVIIème siècle et abandonnée depuis 1860. Il s'agit de l'ancienne église tréviale détruite en partie en 1793 par les républicains. L'ancien édifice était en forme de croix latine à contreforts simples, clocheton carré sur l'intertransept et fenêtres ogivales. On y voit encore quelques fenêtres à meneaux rayonnants avec restes d'anciens vitraux, et quelques vieilles statues des XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles : saint Cornély (vers 1700), saint Perreux (vers 1700) et la Vierge allaitant (entre 1815 et 1820). Le maître-autel et retable, en bois polychrome, date de la fin du XVIIème siècle. L'ornementation murale date du XIXème siècle ;

le calvaire du Vieux-Bourg. La croix d'origine a disparu ;

la croix de La Graë (1892). La date de construction est gravée sur l'édifice. Un coeur surmonté d'une croix est gravé dans la partie supérieure ;

le calvaire du Nouveau Bourg ;

le château de la Graë (XIXème siècle) ;

l'ancien manoir de La Rinçaie (XVème siècle) ;

la fontaine de La Graë ;

le four de La Vérie (XVIIème siècle) ;

le four de La Cotardaie ;

A signaler aussi :

le barrage de la Potinais (XIXème siècle), restauré en 1927 ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de SAINT-PERREUX

La seigneurie de Saint-Perreux est mentionnée parfois dans les vieux actes. Les maisons importantes sont la Branbohaye, la Rainsaie et le Val.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464 et du 4 septembre 1481, on comptabilise la présence d'aucun noble de Saint-Perreux. Saint-Perreux dépendait autrefois de Saint-Vincent-sur-Oust.

© Copyright - Tous droits réservés.