Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue !

Généalogie des seigneurs de la Roche-Bernard

  Retour page d'accueil       Retour page "Seigneurs de Bretagne"    

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

La Roche-Bernard, située sur la rive gauche de la Vilaine, doit la première partie de son nom à un rocher que baignent les eaux de la rivière, et la seconde partie au nom de son premier seigneur connu. La Roche-Bernard, aujourd’hui chef-lieu de canton du Morbihan, était avant la Révolution le siège d’une baronnie qui relevait du comté de Nantes et qui renfermait Assérac, Pénestin, Camoël, Férel, Herbignac, La Chapelle-des-Marais, Missillac, Nivillac, Saint-Dolay, Théhillac, Sévérac, Saint-Gildas et Drefféac. Ses possesseurs siégeaient aux Etats comme hauts barons. Armes : D’or à l’aigle éployée de sable, becquée et membrée de gueules.

1er Degré.

Le premier seigneur connu de La Roche est BERNARD, dont le nom est d’origine teutonique. Il pourrait bien être l’un de ces chefs normands qui, après avoir dévasté les environs de la Vilaine, aurait fini par s’établir sur ses bords. Il vivait au Xème siècle et dans les premières années du XIème. Il mourut tué par ses ennemis, et laissa deux fils pour le moins (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 363, 373).

 

2ème Degré.

1° Rivallon, fils de Bernard, poursuivit les ennemis de son père et les tua ; mais il mourut lui-même peu après, vraisemblablement de ses blessures (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 373).

2° SIMON de la Roche, mêlé, dit-on, à la mort de son frère (Cartulaire de Redon, p. 445), donna la terre de Camarel à l’abbaye de Redon et assista, en 1026, à la donation de Belle-Ile au même monastère (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 373, 357). Sa principale oeuvre fut, en 1026, la fondation de l’abbaye de Saint-Gildas-des-Bois, à cinq lieues de son château de la Roche (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 363). Il y fut enterré.

 

3ème Degré.

BERNARD II de la Roche, fils de Simon et petit-fils de Bernard Ier, donna, en 1063, à Redon la dîme de tous ses revenus, à condition qu’un prêtre de l’abbaye dirait à perpétuité la messe à la Roche (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 422). Vers le même temps, il fut témoin d’une donation faite par un certain Présel, et concourut, en 1089, au jugement intervenu entre les moines de Redon et les chapelains du Duc (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 416, 466). Il ratifia, en 1095, des donations faites à Redon et y ajouta l’emplacement nécessaire, pour bâtir une église et faire un bourg auprès de son château (Cartulaire de Redon, 314, 340). Quelques années après, le vieux Bernard, sentant approcher sa fin, se fit transporter à Saint-Gildas-des-Bois avec le secours de ses enfants, et y prit l’habit religieux en faisant plusieurs dons au monastère. Il y reçut la sépulture.

 

4ème Degré.

1° RIVALLON de la Roche, fils de Bernard II, figura, du vivant de son père, vers 1096, dans une donation faite au prieuré de Pontchâteau (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 473). Il perdit son père vers 1100, fut témoin de la retraite d'Alain-Fergent en 1112, vit la réconciliation de l’église de Redon en 1127, et assista, en 1131, à une donation faite à Redon par Olivier de Pontchâteau (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 565). Il avait eu trois fils, Bernard, Guéhenoc et Judicaël, qui n’ont pas laissé de traces.

2° Simon de la Roche, mentionné dans les donations de son père.

Bernard, épousa la soeur de Josselin II, vicomte de Porhoët, et souscrivit, en 1112, à deux donations faites à l’abbaye de Redon (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 515, 526, 527).

3° Conan de la Roche est mentionné par son père.

4° Daniel de la Roche est dans le même cas.

 

5ème Degré.

« JOSSELIN, seigneur de la Roche », était peut-être fils de Simon. Il fit quelques libéralités à l’abbaye de Blanche-Couronne (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 912), ainsi qu’au prieuré de Pontchâteau, en présence de sa femme Agathe, de son fils Olivier, de sa soeur Agnès, dame de Pontchâteau, et de sa nièce Hilarie (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 531). L’acte, tel qu’il est reproduit par Dom Morice, est daté de MCXVI (1116) ; mais il y a ici une erreur de copiste, parce qu’en 1116 ce n’était pas encore Josselin, mais Rivallon qui était seigneur de la Roche, puis parce que sa femme Agathe, qui vivait encore en 1199, ne pouvait pas être mère dès 1116, et parce qu’enfin les personnages énumérés dans l’acte vivaient dans la deuxième moitié du XIIème siècle et la première moitié XIIIème : il faut donc lire MCLVI (1156), ou MCLXVI (1166), ou quelque date voisine, et fixer Josselin h la même époque.

2° Agnès de la Roche épousa Olivier de Pontchâteau.

3° Eudon de la Roche persécuta les moines de Redon et leur enleva trois navires chargés. Excommunié pour ce fait par l'Archevêque de Tours et par le Pape, il revint à résipiscence vers 1158 ou 1160 et s’engagea à réparer les dommages sous le contrôle des Evêques de Nantes et de Vannes. Il vivait encore en 1202 (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 605, 797).

 

6ème Degré.

« OLIVIER, seigneur de la Roche », fils aîné de Josselin, après avoir été témoin de quelques donations, assista, en 1184, à la fondation de l’abbaye de Bon-Repos (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 588, 653, 697). Plus tard, vers 1199, il fit une donation à Saint-Gildas-des-Bois « pour l’âme de son père Josselin, avec le consentement de sa mère Agathe et de ses frères Alain et Guillaume » (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 769.) Il mourut en 12...

2° Alain de la Roche, mentionné en 1199 par son frère Olivier, fut témoin d’une donation en 1218, et souscrivit aux privilèges de Saint-Aubin-du-Cormier en 1225 (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 838, 854).

3° Guillaume de la Roche parut dans l’acte de 1199.

4° Yseuld, soeur des précédents (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 531).

 

7ème Degré.

« JOSSELIN II, seigneur de la Roche-Bernard », petit-fils de Josselin Ier (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 912), vivait dans la première moitié du XIIIème siècle. Il épousa Stéphanie ou Tiphaine de N..., qu’il perdit le 20 mai 1239.

La même année, en partant pour la  croisade avec Pierre de Dreux, il donna une saline à l’abbaye de Blanche-Couronne, où sa femme était inhumée (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 912). Il se remaria à Mahaud de Montfort, qui lui donna un fils nommé Alain (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1074). Ce n’est que par conjecture qu’on met sa mort vers 1250.

2° Alain de la Roche donna, en 1246, aux Templiers un four à Couëron (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 929).

 

8ème Degré.

Ce degré occupe le milieu du XIIIème siècle, mais les documents font presque complètement défaut.

Guillaume de la Roche, qu’on ne sait à qui rattacher, vendit, en 1252, son droit de passage sur la Vilaine, et parut encore dans un acte de 1267 (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 953, 1006). Alain de la Roche, fils de Josselin II et de Mahaud de Montfort, fit avec Guillaume de Lohéac un échange des terres qui lui étaient échues dans les dépendances de Montfort (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1074).

Thomase de la Roche-Bernard épousa, vers 1268, Alain VI vicomte de Rohan, et mourut en 1310 (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1232).

 

9ème Degré.

EUDON ou Eon de la Roche-Bernard parut comme écuyer vers 1275 (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1039). Il épousa, en 1279, Hermine de Lohéac, qui hérita de ce fief, vers 1289, à la mort de Guillaume de Lohéac, son père. Eon reconnut, en 1294, devoir au Duc, pour son fief de la Roche, trois chevaliers d’ost, dont Thébaud de Rochefort devait la moitié, à cause de la terre d'Assérac (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1111). Un contre-scel de ce seigneur, de l’année 1298, porte un aigle à deux têtes. Il maria deux de ses enfants en 1301, et ne mourut que plusieurs années après (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1174).

 

10ème Degré.

1° Bernard de la Roche, fils aîné d'Eudon et d'Hermine de Lohéac, devint seigneur de Lohéac du chef de sa mère vers 1289, et reconnut, en 1294, devoir au Duc trois chevaliers d’ost pour cette terre. Il épousa, en 1301, Amice de Léon, et mourut, vers 1306, sans postérité (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1110, 1174, 1205).

2° PAYEN ou Péan de la Roche fut seigneur de Lohéac en 1306, après son frère : un sceau de 1306 porte mi-partie de Lohéac et de la Roche. Il devint, en outre, seigneur de la Roche-Bernard après son père. De son mariage avec Isabeau, fille de Guy IX, seigneur de Laval et de Vitré, il eut un fils nommé Eudon ou Jean. Lors de la guerre de succession, en 1341, il embrassa le parti de Charles de Blois et périt au siège de la Roche-Derrien, en 1347.

3° Catherine de la Roche épousa, en 1301, Guillaume de Léon, seigneur de Hacqueville (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1174).

 

11ème Degré.

EUDON ou Eon (alias Jean), fils de Payen et d'Isabeau de Laval, devint, en 1347, seigneur de Lohéac et de la Roche. Il épousa Béatrix de Craon, fille d'Amaury, et en eût un fils et quatre filles, mentionnés plus loin. Sous le nom de Lohéac, il servit, comme son père, la cause de Charles de Blois, et périt à la bataille d'Auray, le 29 septembre 1364. Sa veuve vivait encore en 1394 (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 424).

 

12ème Degré.

1° Guillaume de la Roche, dit de Lohéac, fils d'Eudon, mourut avant son père, en 1356, laissant une veuve, Amicie de Rostrenen.

2° Isabeau de la Roche, dite de Lohéac, recueillit l’héritage paternel en 1364 et le porta à Raoul VII, seigneur de Montfort et de Gaël, qu’elle perdit en 1395 (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 422).

3° Marguerite de la Roche, dite de Lohéac, épousa Jean II de Malestroit, puis Guillaume de Montauban (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 422).

4° Catherine de la Roche, dite de Lohéac, eut la Roche-en-Savenay et épousa Renaud de Thouars, seigneur de Pouzauges.

5° N.

 

Les seigneurs de la Roche-Bernard furent désormais :

1395. Raoul VIII de Montfort.

1419. Guy XIV de Laval.

1453. Jean de Laval.

1476. Guy XVI de Laval.

1518. Catherine de Laval, femme de Claude Ier de Rieux.

1532. Claude II de Rieux.

1548. Claudine de Rieux, femme de Fr. de Coligny, Seigneur d'Andelot.

1561. Paul de Coligny.

1586. Guy de Coligny.

1605. Claude de Lorraine, duc de Chevreuse.

1636. César du Cambout.

1641. Armand du Cambout.

1702. Pierre du Cambout.

1710. Henri du Cambout.

1732. Charles de Lorraine, comte d'Armagnac.

1744. Gabriel de Boisgelin, marquis de Cucé..

(abbé Le Mené)

 © Copyright - Tous droits réservés.