Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue ! 

ABBAYE DE NOTRE-DAME DE LA CHAUME

  Retour page d'accueil       Retour page Monastères   

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Abbaye Notre-Dame de la Chaume - Machecoul

Cette abbaye (Abbatia de Calma) est fondée en 1055, lorsque Harscoët, fils de Gestin, premier sire de Rais, fait don à Pérennès, abbé de Redon et à ses moines, pour y fonder un monastère "de deux églises construites près de la ville de Sainte-Croix de Machecoul en l'honneur de Sainte-Marie et de Saint-Jean, le tiers de la Chaume, le quart d'un arpent de vigne, d'une borderie et d'un moulin. Le tout sans aucune réserve, en aumône pour la rédemption de ses père et mère, et pour Ulgarde son épouse et ses enfants". Cette abbaye restera longtemps sous le patronage de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon, avant de vivre dans la mouvance des barons de Rais, sires de Machecoul. Tout près, se dressait la forteresse des seigneurs de Rais ou Rays (dit aussi originairement Sainte-Croix). Glemarhoc est le premier abbé de ce monastère qu'on trouve dans les titres : il souscrit à une donation faite à l'abbaye de Redon en 1100 par Fredor de Frossai (ou Frossay). Philippe souscrit l'acte de la dot accordée en 1112 par Bernard, seigneur de Machecoul, à sa fille qui se fait religieuse dans l'abbaye de Roncerai (ou Ronceray). Haimon est indiqué comme abbé de La Chaume dans la permission que le même Bernard, seigneur de Machecoul, accorde aux religieux de Saint-Martin de bâtir au bourg et d'y tenir une foire. Gautier assiste comme témoin à une donation faite en 1126 à l'abbaye de Redon par Olivier de Ponchâteau, et l'année suivante à la réconciliation de l'église de Redon faite par Hildebert, archevêque de Tours. Il vit encore en 1134. On trouve ensuite l'abbé Philippe (en 1184), Louis (en 1292, il meurt en 1294), Nicolas (tuteur des enfants d'Olivier Le Roux en 1322 et il vit encore en 1324), Michel de Tréal (en 1328 et en 1336), Pierre de Touyac (vers 1346), Jean Taillefer (de 1351 à 1574), Thomas Ruffier (en 1386 et en 1387), Jean Larcher (de 1391 à 1402), André Larcher, André de Lorme (en 1415), Guillaume (en 1418), Denis (en 1421), Jean (en 1428 et en 1456), Jean Groilar (en 1438 et en 1441), Nicolas de Tréal (en 1446), Jean-Louis Le Roux (en 1448), Jacques Rousseau (en 1453), Alain Loret (en 1456), Guillaume Jehanno, secrétaire du roi (en 1456), Jean de Saint-Gildas (en 1458), Fr. Raoul Geslin (vers 1502), Fr. Jean V du Plesseix (en 1506), Jean VI Coutelier (en 1507), Louis de Saiges ou Sayès ou d'Aigles (en 1513), Fr. Antoine Geoffroi ou Geoffroy (en 1516), Fr. Jacques de La Porte (en 1522 et en 1543), Olivier de Montauban, premier abbé commendataire (en 1560), Louis de Montauban (en 1561), Henri de Rastelli ou du Rateau (en 1579), Claude Etienne Nouvellet (en 1594), Pierre de Gondy, cardinal de Retz (de 1596 à 1606), Olivier de Montauban II (en 1613), Jean François de Gondy, doyen de Notre-Dame de Paris (de 1616 à 1651), Jean François Paul de Gondy, cardinal de Retz, archevêque de Paris (en 1662), Guy de Lopriac (vers 1671), Christophe Louis Turpin Crissé de Sanzay (en 1725), N. de Poly de Saint-Thiebault, vicaire général de Nantes (du 17 avril 1746 à 1778), N. Ducluzel (de 1778 à 1782), Jacques Julien Meslé de Grandclos (en 1782). En 1767-1768, par décision du chapitre général de la Congrégation de Saint-Maur, la conventualité en ce monastère est supprimée et les derniers moines trouvent refuge à la prévôté de Vertou.

 © Copyright - Tous droits réservés.