Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue !

Généalogie des seigneurs de Rieux

  Retour page d'accueil       Retour page "Seigneurs de Bretagne"    

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Rieux, située sur les bords de la Vilaine, dans le diocèse de Vannes, était, au temps des Romains, une cité considérable appelée Durétie. Au IXème siècle, son château fut habité, peut-être même bâti, par Alain Ier le Grand, comte de Vannes et de Nantes et duc de Bretagne ; il paraît encore avoir, été le séjour de Rudalt, fils d'Alain Ier, également comte de Vannes. 

Après les ravages des Normands du Xème siècle, Rieux donna son nom à une famille de puissants barons, dont la juridiction s’étendait sur les deux rives de la Vilaine et finit même par absorber Peillac. 

D’après une prise de possession de 1761, la seigneurie de Rieux s’étendait alors dans Rieux, Saint-Jean-la-Poterie, Allaire, Saint-Gorgon, Béganne, Saint-Jacut, Saint-Congard, Saint-Gravé, Peillac, Saint-Vincent, Saint-Perreux, Saint-Martin, Les Fougerêts, Glénac, Cournon, Avessac et Fégréac. 

Cette seigneurie relevait directement du Duc et plus tard du Roi ; elle fut érigée en comté en 1667. Le château, pris en 1488 par les Français, fut condamné à la démolition en 1629 par le cardinal de Richelieu, et renversé définitivement en 1779 par un tremblement de terre. Armes : D’azur à 10 besants d’or, 4, 3, 2, 1.

1er degré.

RODALD est le premier seigneur qu’on trouve avec le nom de Rieux. Il était vraisemblablement fils d'Alain et petit-fils de Rudalt, qui était lui-même fils d’un autre Alain et petit-fils de Rudalt, comte de Vannes, et il avait dû être réduit au second rang par suite des épouvantables dévastations des Normands du Xème siècle. Il souscrivit, en 1021, avec son fils Alain, à la confirmation des droits de l’abbaye de Redon (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 362).

 

2ème degré.

ALAIN de Rieux ou de Rex, fils du précédent, souscrivit, en 1026, à la donation de Belle-île à l’abbaye de Redon. (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 357). Il fut témoin, en 1037, des commencements du prieuré de Locoal, et vers 1050 de la fondation de celui du Pèlerin (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 364, 384). En 1065, il aida le duc Conan II à prendre Combourg.

 

3ème degré.

1. RODALD, fils d’Alain de Reus, fut témoin vers 1062 de la confirmation de certains droits des abbayes de Saint-Georges et de Saint-Sauveur, et peu après d’une donation faite par Rivallon de Combourg. Il accompagna le duc Conan II à Blois en 1065, et fut témoin d’une donation faite par ce prince à Marmoutier (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 404, 406, 409, 426).

2. Auffred, fils d'Alain de Reus et frère de Rodald, accompagna aussi le Duc à Blois en 1065 (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 409).

3. Guethenoc de Reus, fils d'Alain, fut témoin de quelques actes vers 1062 et 1066 (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 404, et Cartulaire de Redon, 312).

 

4ème degré.

GOSCELIN ou Josselin de Reus fut témoin en 1089 d’un jugement rendu entre les moines de Redon et les chapelains du duc Alain Fergent (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 466). Il est probable qu’il prolongea son existence jusqu’à la fin du siècle, et peut-être au delà, et qu’il fut par conséquent témoin, en 1096, de la première Croisade à laquelle tant de Bretons prirent part.

 

5ème degré.

« GUETHENOC de Reus, surnommé le Mauvais voisin », assista en 1112, avec sa suite militaire, à deux donations faites à Redon par les ducs Alain Fergent et Conan III (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 526, 527). Il fut ensuite témoin de l’odieux procès intenté par l’abbé de Redon à celui de Quimperlé, de la profanation de l’église de Saint-Sauveur et de sa réconciliation solennelle en 1127 (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 557).

 

6ème degré.

Après Guéthenoc jusqu’à Rolland il y a une lacune historique qui embrasse plus d’un demi-siècle : il faut y intercaler pour le moins une génération restée inconnue.

C’est l’époque si agitée par les luttes, de Hoel, d'Eudon, de Porhoët, de Conan IV et de Henri Plantagenet, roi d’Angleterre.

 

7ème degré.

1. ROLLAND de Rieux prit la croix en 1185. On prétend qu’il ramena de la Terre sainte quelques religieux Trinitaires et qu’il les établit dans son château de Rieux. L’ordre des Trinitaires pour le rachat des captifs n’ayant été fondé qu’en 1198, Rolland de Rieux n’a pu les ramener de Palestine dès 1185 ; il faut donc fixer, tout au plus, à l’an 1200 leur établissement à Rieux. Rolland assista aux Etats de Vannes en 1203, et prit part aux sièges de Loches et de Chinon en 1205.

2. Guillaume de Rieux prit part aux sièges du Mont-Saint-Michel en 1203, de Loches et de Chinon en 1205.

 

8ème degré.

1. ALAIN de Rieux, fils de Rolland, épousa, dit-on, Berthe de Léon, ou plutôt Marie de Rostrenen. Il vit l’avènement de Pierre de Dreux en 1213, se souleva contre les violences de ce prince, et prit sans doute part à la bataille de Châteaubriant en 1222. Il mourut le 27 mars 1225, suivant Moréri.

2. N., sa soeur, fut mariée à Guillaume de Beaumont.

 

9ème degré.

GILLES de Rieux, fils d'Alain, suivant Moréri, recueillit son héritage en 1225. Il prit la croix en 1239 suivant les uns, en 1248 suivant les autres. Son alliance est inconnue. Il mourut en 1255. Désormais les documents abondent.

 

10ème degré.

« Monsour GEFFRAY de Reux », fils de Gilles, épousa vers 1235 Nicole Le Boeuf, fille de Briant Le Boeuf, qui lui apporta les fiefs de Fougeray, Issé, Nozay, etc... Il succéda à son père en 1255. « Il laissa et déguerpit au duc Jean Ier le pont de Reux, parce que il ne le voloit pas tenir en estat » (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1058). Il continua néanmoins d’entretenir dans son château quelques religieux Trinitaires. Il mourut vers 1275.

 

11ème degré.

« GUILLAUME, seignour de Reux, chevalier », obtint du Duc en 1281 la restitution du pont de Rieux, et s’engagea « sus tous ses biens meubles et immeubles à tenir le dit pont en bon point à toujours mais de totes façons » (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1058, et Cartulaire de Redon, 403). Il épousa Louise de Machecoul, dont il eut plusieurs enfants, et fonda avec elle le couvent des Cordeliers de Nantes. En 1294, il reconnut devoir au Duc cinq chevaliers d’ost pour sa terre de Rieux (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1111). Il perdit sa femme en 1307 et mourut lui-même en 1310 à Lestreille en Espagne ; son corps fut rapporté en Bretagne et inhumé chez les Cordeliers de Nantes, à côté de sa femme.

Olivier de Rieux était Ecuyer en 1276 (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1040).

Anne de Rieux donna, sur la fin du XIIIème siècle, aux Trinitaires, quelques rentes et une chapelle garnie. (Ogée II, 679).

 

12ème degré.

1. JEHAN Ier de Rieux, fils aîné de Guillaume et de Louise de Machecoul, leur succéda en 1310. Il épousa Isabeau de Clisson et commença avec elle l’établissement définitif des Trinitaires auprès de son château.

En 1341, il embrassa le parti de Charles de Blois, servit ensuite le roi de France dans le midi, et reçut en Languedoc des domaines qui furent remplacés par une somme d’argent en 1343. En cette même année, le 5 avril, il perdit sa femme, la fit inhumer dans l’église des Trinitaires et fixa en 1345 la dotation de ces religieux (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1456). Il se remaria à Jeanne de Sion, veuve de Jean de Kergorlay, et en eut des enfants. Jean de Rieux était chevalier banneret ; il reçut du roi en 1350 le gouvernement de Redon et puis diverses gratifications (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1473, 1484, 1497). Son sceau portait dix besants, rangés 4, 3, 2, 1. En 1352 il prit part à la bataille de Mauron, et contribua ensuite à envoyer une ambassade à Londres (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1486). Il mourut à Paris le 11 août 1357 et fut inhumé chez les Trinitaires de Rieux, dans le tombeau de sa première femme.

2. Guillaume de Rieux, son frère, servit aussi Charles de Blois, fut tué au siège de la Roche-Derrien en 1347, et inhumé chez les Trinitaires de Rieux.

3. Jeanne fut mariée à Jean, seigneur de Kergorlay.

 

13ème degré.

1. GUILLAUME de Rieux, fils aîné de Jean 1er et d'Isabeau de Clisson, vit confirmer par le Pape en 1359 la fondation des Trinitaires de Rieux. Fidèle à Charles de Blois, il fut l’un des otages du traité conclu en 1363 dans les landes d'Evran. En 1364, il alla rejoindre Charles à Nantes, et le suivit à Auray, où il eut à commander une partie de l’arrière-garde. Il y fut fait prisonnier suivant les Bénédictins (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 308, 310, 311), où plutôt il y fut tué, puisqu’on n’en trouve plus désormais la trace. Il ne laissa aucune postérité.

2. Jean II de Rieux, son frère, recueillit son héritage en 1364, et commença la série des puissants seigneurs de Rieux-Rochefort par son mariage avec l’héritière de Rochefort. (Voir ci-après).

3. Jeanne de Rieux épousa le seigneur de Coulonces en Normandie, et mourut le 8 septembre 1395.

 

NOTA. — En succédant aux seigneurs de Rochefort, les sires de Rieux acquirent une importance considérable. Leur écusson, au lieu d’être simplement d’azur à 10 besants d’or, 4, 3, 2, 1, fut désormais écartelé de Rieux et de Rochefort : c’est ainsi qu’on le trouve dans plusieurs églises et chapelles du diocèse de Vannes : les besants furent habituellement rangés en sautoir, 2, 1, 2.

 

RIEUX-ROCHEFORT.  

JEAN II de Rieux, fils puîné de Jean Ier, seigneur de Rieux, né vers 1342, recueillit la seigneurie de Rieux en 1364. Il prit part en 1365 à la paix de Guérande et suivit ensuite le prince de Galles en Castille ; à son retour, il servit le duc Jean IV de Bretagne, mais il l’abandonna en 1372, quand il le vit opposé à la France. Le 16 février 1374, il épousa Jeanne, dame de Rochefort, de Donges, de Châteauneuf, etc., à la condition de porter les noms et armes de Rochefort. Ce mariage fit la fortune des Rieux et les plaça parmi les plus opulentes familles de Bretagne.

Jean de Rieux se réconcilia avec le Duc en 1379 et intervint à la paix de 1381. Il prit part à la guerre de Flandre en 1382, à un accord du Duc avec le comte d'Alençon en 1384, et aux Etats de Vannes en 1387. Nommé Maréchal de France le 29 novembre 1387, et conservateur de la trêve en 1389, il contribua à la défense de Saint-Brieuc contre le Duc en 1394, accepta la régence du duc de Bourgogne en 1402, et assista à l’hommage du jeune, duc Jean V en 1404. Il prit ensuite part à la délivrance de Brest, poursuivit les Anglais jusque dans leur pays et en revint chargé de butin (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 115). En 1408, il tenta, mais inutilement, de ramener à l’obéissance sa cousine Margot de Clisson, comtesse douairière de Penthièvre. Privé de sa charge de Maréchal en 1411 par les intrigues du duc de Bourgogne, il fut rétabli en 1413. Par un testament du 26 juin il augmenta la dotation des Trinitaires de Rieux et porta le nombre des religieux de 7 à 13. Son âge et ses blessures le déterminèrent à se démettre de son office de Maréchal le 12 août 1417 ; il mourut le 7 septembre suivant à son château de Rochefort et fut inhumé dans l’église de N.-D. de la Tronchaye. Sa veuve mourut le 3 mai 1423.

14ème degré.

1. JEAN III de Rieux, fils aîné de Jean II et de Jeanne de Rochefort, né à Ancenis le 16 juin 1377, fut d’abord appelé le « Vicomte de Donges ».

Il épousa Béatrix ou Jeanne de Montauban, dame de la Gacilly, fille de Guillaume de Montauban et de Marguerite de Lohéac (Dom Morice, Preuves Tome II, 705, Tome III, 162), et en eut une fille nommée Marie. Il épousa en 2ème noces, en 1414, Jeanne d'Harcourt, fille de Jean VII et de Marie d'Alençon, et en eut 2 fils, Jean et François. En 1417, à la mort de son père, il devint seigneur de Rieux et de Rochefort, vicomte de Donges, baron d'Ancenis, etc... Il commanda en 1420 l’un des corps de la noblesse, prit part à la ligue des seigneurs contre les Penthièvre, et reçut quelques terres dans le comté de Goello (Dom Morice, Preuves Tome 1er, 1007, 1060). Il servit ensuite la France sous Arthur de Richemont, et accompagna le duc Jean V, lorsqu’il se rendit à Saumur en 1425. Il mourut le 8 janvier 1431, âgé de prés de 54 ans, et fut inhumé à Rochefort dans l’église de N.-D. de la Tronchaye. Sa veuve Jeanne d'Harcourt se remaria à Bertrand de Dinan, baron de Châteaubriant, qu’elle perdit en 1444 ; elle fonda les Cordeliers d'Ancenis en 1448, et mourut en 1456.

2. Isabelle de Rieux, dame de Nozay, née en 1378, mourut en 1452.

3. Jeanne de Rieux mourut en 1417.

4. Béatrix épousa Jean, seigneur de Rouge, de Derval, etc.

5. Marguerite de Rieux fut religieuse.

6. Gilles de Rieux, né en 1385, mourut sans alliance.

7. Marie, née en 1387, épousa J. de La Porte, et mourut en 1435.

8. Pierre de Rieux, dit de Rochefort, né à Ancenis le 9 septembre 1389, devint gouverneur de Saint-Malo, et en 1417 Maréchal de France après son père. En 1418, il tenta inutilement de reprendre Paris aux Bourguignons et rejoignit le Dauphin à Tours. Surpris en 1419 par les Anglais auprès du Mans, il fut conduit en Angleterre et ne recouvra la liberté qu’au prix d’une forte rançon. Le maréchal de Rochefort se remit au service, et contribua en 1429 avec Jeanne d'Arc à la levée du siège d'Orléans. Veuf depuis 1419 de Jeanne de Molac, il épousa en 1431 Marie de Bretagne, fille du comte d'Etampes. En 1435, il défendit Saint-Denis contre les Anglais et leur enleva ensuite plusieurs villes en Normandie, avec le concours des terribles Ecorcheurs. Arrêté en 1437 par Guillaume de Flavi, il fut traîné de prison en prison jusqu’à sa mort en 1439. Son corps, inhumé d’abord à Nesle, fut réclamé en 1509 par sa famille, et transféré à N.-D. de la Tronchaye en 1514.

9. Michel de Rieux, né le 28 septembre 1394, fut seigneur de Châteauneuf. Il épousa en 1415 Antoinette de la Choletière, et plus tard Jeanne de Malestroit de Kaer. Il entra dans la ligue des seigneurs contre les Penthièvre en 1420 (Dom Morice, Preuves Tome II, 1060), servit ensuite en France contre les Anglais, et devint Capitaine de Dinan, dont il reçut décharge en 1457 (Dom Morice, Preuves Tome II, 1714). Il laissa 3 fils, mentionnés au degré suivant.

 

15ème degré.

1. Marie de Rieux, fille unique de Jean III et de Béatrix ou Jeanne de Montauban, fut dame de la Gacilly après sa mère. Elle épousa vers 1420 Louis d'Amboise, vicomte de Thouars, dont elle eut entre autres la B. Françoise d’Amboise. Elle obtint de son frère en 1450 les terres de Nozay et de Fougeray, et mourut en 1463.

2. Jean de Rieux, fils de Jean III et de Jeanne d'Harcourt, eut pour parrain le duc Jean V et mourut jeune.

3. François de Rieux, 2ème fils de Jean III et de Jeanne d'Harcourt, né le 11 août 1418, perdit son père en 1431, et se trouva à 13 ans seigneur de Rieux et de Rochefort, baron d'Ancenis, vicomte de Donges, etc... Il épousa, suivant contrat du 11 février 1442 (v. s.) Jeanne de Rohan, fille d'Alain IX et de Marguerite de Bretagne (Dom Morice, Preuves Tome II, 1359), et en eut 5 enfants. Il assista en 1442, à Rennes, au couronnement de François Ier et devint ensuite son chambellan. Il tergiversa longtemps pour donner un partage à sa soeur Marie de Rieux. Il accéda en 1449 au traité d’alliance du Duc et de Charles VII, contre les Anglais, vit l’avènement du duc Pierre II en 1450, et assista comme baron d'Ancenis aux Etats de 1451 et années suivantes. Il reçut du Duc en 1454 le collier d’or de l'Hermine, et vendit l'hôtel de Rochefort de Nantes en 1455 à sa nièce Françoise d'Amboise. Nommé chambellan du Roi par le Dauphin, le 15 juin 1458, il mourut le 20 novembre suivant, à l’âge de 40 ans, et fut inhumé à N.-D. de la Tronchaye.

(a) Guillaume de Rieux, seigneur de Châteauneuf, cousin-germain des précédents, et fils de Michel de Rieux, épousa Jeanne de Ferrière, servit le duc François II contre les Français, et mourut le 14 février 1489, sans postérité.

(b) Jean de Rieux, frère de Guillaume, seigneur de Châteauneuf après lui, mourut aussi sans enfants.

(c) Gilles de Rieux, frère des deux précédents, épousa Anne du Chastellier, fille de Vincent vicomte de Pomment, et en eut une fille unique, Jeanne de Rieux, dame de Châteauneuf, qui mourut sans alliance en 1522. La seigneurie de Châteauneuf retourna dès lors à la branche aînée et devint en 1531 l’apanage d’une nouvelle branche cadette.

 

16ème degré.

1. JEAN IV de Rieux, fils aîné de François de Rieux et de Jeanne de Rohan, naquit le 27 juin 1447, et se trouva en 1458, par la mort de son père, seigneur de Rieux et de Rochefort, baron d'Ancenis, vicomte de Donges, etc... Il épousa, suivant contrat du 1er mars 1462 (Dom Morice, Preuves Tome II, 1765) Françoise Raguenel de Malestroit, riche héritière, qui lui donna une fille nommée Françoise de Rieux. Jean de Rieux fit ses premières armes en 1465, dans la guerre du Bien public, fut nommé Maréchal de Bretagne en 1470, et recueillit en 1471 les seigneuries de Malestroit et de Largoet. En 1472, il fut Lieutenant général du Duc, et prêta ensuite son château de Largoet pour garder le comte Henri de Richemont. Il assista aux Etats de Vannes en 1480 et perdit sa femme en 1481. Il prit part en 1484 à la conspiration des seigneurs contre Landais, leur ouvrit son château d'Ancenis et s’empara de Redon pour le roi en 1487. Bientôt désabusé, il se réconcilia avec le vieux Duc et s’empara de Châteaubriant et de Vannes ; mais les Français reprirent ces places en 1488 et ravagèrent ses châteaux d'Ancenis, de Rieux, de Rochefort et de Largoet. Nommé tuteur d'Anne de Bretagne, il se brouilla avec elle à l’occasion de son mariage, fit sa paix en 1490 et obtint même une indemnité de cent mille écus d’or (Dom Morice, Preuves Tome III, 674) qui lui servit à réparer ses châteaux et à construire la grosse tour d'Elven. En 1494, il suivit Charles VIII en Italie et battit les ennemis à Véroli. En 1495, il se remaria à Claude de Maillé qui périt peu après, suffoquée par un feu accidentel dans le château d'Elven. En 1496, il contracta une 3ème alliance avec Isabelle de Brosse ou de Bretagne, et en eut 4 enfants. En 1498, il institua à Rochefort une collégiale, composée d’un doyen et de six chapelains. (Dom Morice, Preuves Tome III, 776, 818). En 1501, il eut le commandement de l’armée dirigée contre le Roussillon. C’est lui qui réclama en 1509 le corps de son grand oncle Pierre de Rochefort. Il suivit en 1511 Louis XII dans le Milanais, et organisa en 1512 la résistance de la Bretagne contre les Anglais. Il mourut le 9 février 1518 à l’âge de 71 ans et fut inhumé chez les Cordeliers d’Ancenis.

2. François de Rieux, son frère, né le 6 octobre 1448, fut seigneur d'Asserac ; promis en mariage à Jeanne Raguenel de Malestroit (Dom Morice, Preuves Tome II, 1765), il mourut sans alliance.

3. Françoise de Rieux, née en 1444, mourut sans alliance.

4. Marguerite, née en 1445, dame de Saint-Nazaire, épousa en 1460 Charles, baron de Coesmes et de Lucé.

5. Louise de Rieux, née en 1446, épousa en 1463 Louis II de Rohan, seigneur de Guémené.

 

17ème degré.

1. Françoise de Rieux, fille unique de Jean IV et de Françoise de Malestroit, recueillit en 1481 Malestroit, puis Derval, Châteaugiron, épousa en 1486 François de Laval, baron de Châteaubriant, et mourut le 30 octobre 1532.

2. CLAUDE Ier de Rieux, fils de Jean IV et d'Isabeau de Brosse, né le 15 février 1497, fut d’abord appelé le sire d'Harcourt. Il devint en 1518, par la mort de son père, sire de Rieux, de Rochefort, de Largoet, baron d'Ancenis, vicomte de Donges, comte d'Harcourt et d'Aumale. Le 10 novembre 1518, il épousa Catherine de Laval, dame de la Roche-Bernard, fille de Guy XVI, et en eut deux filles, Renée et Claude. Il accompagna le roi François Ier en Italie, et fut fait pour son courage chevalier au combat de Sainte-Brigitte ; il remplit les fonctions de Maréchal à la bataille de Pavie en 1525 et y fut fait prisonnier. Après avoir payé sa rançon, il se rendit à Madrid comme l’un des otages du roi. A son retour, il assura, par lettres du 1er juin 1527, des revenus pour perpétuer la Collégiale de N.-D. de la Tronchaye à Rochefort (Ogée II, 681). Le 20 novembre 1529, il se remaria à Susanne de Bourbon, fille de Louis, prince de la Roche-sur-Yon, et en eut un fils nommé Claude comme lui et une fille Louise. Il fit exécuter plusieurs travaux à l’église et au château de Rochefort. Il mourut le 19 mai 1532 à l’âge de 35 ans. Sa veuve lui survécut jusqu’en 1570.

3. François de Rieux, 2ème fils de Jean IV et d’Isabeau de Brosse, a fait la branche d'Assérac. (Voir plus loin).

4. Jean de Rieux, 3ème fils des mêmes, a commencé la branche de Châleauneuf, qui a produit ensuite celle de Sourdéac.

5. Perronnelle de Rieux mourut sans alliance.

 

18ème degré.

1. CLAUDE II de Rieux, fils unique de Claude Ier et de Suzanne de Bourbon, né en 1530, fut appelé le comte d'Harcourt. Dès 1532, il devint, par la mort de son père, seigneur de Rieux, de Rochefort, et de Largoet, baron d'Ancenis, vicomte de Donges, comte d'Harcourt...  En 1542, sa mère rendit pour lui au roi un aveu pour toutes ses terres. Il mourut le 26 avril 1548, à l’âge de 18 ans, sans avoir été marié. En lui s’éteignit la branche aînée et masculine des Rieux.

2. Renée de Rieux, fille de Claude Ier et de Catherine de Laval, née en 1524, épousa en 1541 Louis de Sainte-Maure, marquis de Nesle, comte de Joigny... qui avait le cou tort et le caractère bizarre. En 1547, à la mort de son oncle maternel Guy XVII, elle devint comtesse de Laval, baronne de Vitré, de Montfort..., et prit le nom de Guyonne XVIII. En 1548, à la mort de son frère Claude II de Rieux, elle recueillit les seigneuries de Rieux, de Rochefort, Largoet, Ancenis, Donges.... Enflée de son immense fortune, elle commença à mépriser son époux et à réclamer l’administration de ses domaines. Son mari lui résista et la retint même captive au château de Joigny. Elle s’échappa en 1557 ; sommée de revenir, elle se fit Calviniste de dépit, et fut aussitôt surnommée la folle. Elle eut quelques différends avec son beau-frère François de Coligny, seigneur d'Andelot, relativement à ses partages, mais s’entendit avec lui pour protéger les huguenots. Elle fut même accusée de complicité dans une conspiration calviniste en 1567 et condamnée à perdre la tête et tous ses biens : sentence qui ne fut pas exécutée. Elle mourut peu après, le 13 décembre 1567, sans laisser, de postérité, et ses biens passèrent à son neveu Paul de Coligny.

3. Claude ou Claudine de Rieux, sa soeur, née en 1526, épousa en 1548 François de Coligny, seigneur d'Andelot, et lui porta la Roche-Bernard, la Bretesche.... Elle se laissa gagner au Calvinisme, dans lequel elle mourut le 5 août 1561. Son fils aîné Paul de Coligny, devint en 1567 comte de Laval et d'Harcourt, vicomte de Donges, baron de Vitré, de Quintin, de la Roche-Bernard, seigneur de Rieux, de Rochefort, de Largoet, de Montfort..., et mourut en 1586. Guy de Coligny recueillit alors presque tous ces biens et mourut en 1605, sans postérité. Son immense fortune fut aussitôt partagée entre plusieurs familles.

4. Louise de Rieux, soeur de Claude II, née en 1531, épousa en 1550, René de Lorraine, marquis d'Elboeuf, et lui porta la baronnie d'Ancenis ; veuve en 1566, elle mourut en 1569, laissant plusieurs enfants. 

 

Suite des Seigneurs propriétaires de Rieux.

1567. Paul de Coligny, comte de Laval, sire de Rieux, etc.

1586. Guy de Coligny, comte de Laval, sire de Rieux, etc.

1605. Charles Ier de Lorraine, duc d'Elbceuf, baron,  id.

16...  Charles II de Lorraine, duc d'Elboeuf, id.

1657. François de Lorraine vendit Rieux.

1657. Henri Guénégaud de Plancy, sire et, en 1667, comte de Rieux.

1676. Les héritiers Guénégaud vendirent Rieux.

1697. Noel Danycan, secrétaire du roi, comte de Rieux.

1722. Marie Danycan, femme de Charles Huchet de la Bédoyère.

1761. Louis-Auguste-Cyr de Rieux d'Assérac, acheta Rieux en 1761.

1767. Louis-François-Cyr, comte de Rieux, son fils, mort en 18... .  

 

I - BRANCHE D'ASSERAC.

17ème degré.

FRANÇOIS de Rieux, 2ème fils de Jean IV et d'Isabelle de Brosse, reçut en partage la terre d'Assérac. Ce domaine qui relevait primitivement de la baronnie de la Roche-Bernard, était entré dans la maison de Rochefort vers 12.. , et dans celle de Rieux vers 1395, et plusieurs membres de ces deux familles en avaient porté le nom, comme on a pu le voir. François de Rieux perdit son père en 1518. Il épousa Renée de la Feuillée, dame du Gué de l'Ile, fille de François vicomte de Plouider et de Cyprienne de Rohan, et en eut 6 enfants énumérés plus bas. Il parut en 1527 à la curatelle de Louis V de Rohan, seigneur de Guémené (Dom Morice, Preuves Tome III, 972).

18ème degré.

1. JEAN de Rieux, seigneur d'Assérac, après son père François, épousa Philippe de Saint-Amadour, dont il eut deux enfants, Jean et Gabrielle. Il obtint du roi Henri III, en septembre 1574, l’érection de la terre d'Assérac en Marquisat, avec union des châtellenies de Ranroué, Faugaret, Saint-Lyphard, etc... En 1576, il fut nommé Lieutenant du roi en Bretagne.

2. René de Rieux, son frère, seigneur de la Feuillée et de l'Ile-Dieu, né en 1540, épousa Marguerite de Conan, qui lui donna trois enfants. Il devint chevalier de l’ordre du roi et son chambellan, puis Lieutenant de cent hommes d’armes sous le prince de Condé, et mourut le 25 août 1575.

3. Claude de Rieux, seigneur du Gué de l'Ile, mourut jeune.

4. Anne de Rieux épousa René de Carné, gouverneur de Brest.

5. Susanne de Rieux épousa Jacques Brossin seigneur de Mère.

6. Renée, femme de Pierre Tournemine seigneur de Camsillon.

19ème degré.

1. JEAN de Rieux, fils de Jean et de Philippe de Saint-Amadour, marquis d'Assérac, vécut sans alliance. En 1589, il resta fidèle au Roi, et surprit la ville d'Auray ; en 1590, il fut blessé au siège d'Hennebont ; en 1591, il se laissa gagner par Mercoeur ; en 1592, il trempa dans un complot qui coûta peu après la vie au baron de Crapado. Il revint au service du roi sur la fin de 1594, et mourut l’année suivante (Dom Morice, Preuves Tome III, 1703, 1711, 1728, 1732).

2. Gabrielle de Rieux, sa soeur, mourut sans alliance en 1595.

(a) Jean de Rieux, cousin-germain des précédents, fils de René, seigneur de l'Ile-Dieu, épousa Jeanne-Hélène de la Motte de Vauclerc, et périt à Paris en 1595. Son fils unique, René de Rieux, marquis d'Assérac en 1595, se noya dans le Tibre, le 13 août 1609, à 17 ans, en voulant sauver son page.

(b) Jean de Rieux, (le jeune), seigneur de La Feuillée, épousa sa cousine Susanne de Rieux-Châteauneuf, et en eut 2 enfants. En 1609, il devint marquis d'Assérac, seigneur de l'Ile-Dieu.... Il acheta en 1616 la seigneurie de Largoet ou d'Elven pour 66,000 livres. Il mourut en 1630.

(c) Susanne épousa en 1601 Pierre de Montmorency, seigneur de Lauresse.

20ème degré.

1. JEAN-EMMANUEL de Rieux, fils de Jean et de Susanne de Rieux, fut en 1630 marquis d'Assérac, comte de Largoet, seigneur de l'Ile-Dieu..., et devint gouverneur de Guérande, du Croisic et de Saint-Nazaire. Il épousa en 1639 Anne Mangot, fille du Garde des Sceaux, qui mourut sans enfants. Chargé de dettes, il vit en 1643 ses créanciers mettre saisie sur une partie de ses biens ; il se remaria néanmoins en 1645 à sa cousine Jeanne-Pélagie de Rieux, héritière de Châteauneuf, de la Hunaudaye et de Donges. Enfin, pour se libérer, il vendit le 19 mars 1656, Largoet, Lanvaux, Trédion... et engagea même Assérac. Il mourut la même année.

2. Claude-Hélène de Rieux, sa soeur, épousa en 1632 Charles du Bellai, prince d’Yvetot.

21ème degré.

JEAN-GUSTAVE de Rieux, fils unique de Jean-Emmanuel et de Jeanne Pélagie de Rieux, né en 1646, se trouva à dix ans Marquis d'Assérac, et devint ensuite, par sa mère, comte de Châteauneuf, vicomte de Donges, seigneur de la Hunaudaye... Le 2 mars 1677, il épousa Anne d'Aiguillon, dame de la Juliennais, qui lui donna plusieurs enfants. En 1679, il vendit à René de Lopriac les terres d'Assérac, et en 1690, celles de Donges ; en 1702, il vendit à L. de Béringhen le domaine de Châteauneuf. Il mourut à Paris le 29 janvier 1713.

22ème degré.

1. JEAN-SEVERE de Rieux, fils aîné du précédent, fut baron de la Hunaudaye et de Montafilant en 1713, marquis d'Ouessant en 1721, et mourut sans alliance.

2. LOUIS-AUGUSTE-CYR de Rieux, son frère, fut nommé colonel en 1718 et traité de cousin par le Roi. Il devint mestre de camp en 1725, brigadier en 1734, maréchal de camp en 1738, et Lieutenant général en 1744. Il combattit ensuite en Allemagne et en Italie. Il fut marquis d'Ouessant, épousa en 1745 Claude-Louise-Jeanne d'Illiers d'Entragues, acheta le Comté de Rieux en 1761, et vendit Ouessant au Roi en 1764 pour 30,000 fr. Il mourut le 1er mars 1767.

23ème degré.

LOUIS-FRANÇOIS-CYR de Rieux d'Assérac, fils de Louis.., né en 1750, comte de Rieux en 1767, épousa la même année Marie-Anne de Saulx-Tavannes, dont il eut un fils, Louis-Charles-Marie, né à Paris le 11 septembre 1768. Veuf en 1771, et maréchal de camp en 1788, il émigra, perdit son fils unique, fusillé à Auray en 1795, et mourut lui-même en Angleterre en 18.. (Cayot-D., 274).

 

II - BRANCHE DE CHATEAUNEUF.

17ème degré.

JEAN de Rieux, 3ème fils de Jean IV et d'Isabelle de Brosse, né en 1507, fut destiné à l'Eglise, pourvu de l’abbaye de Prières en 1521, et nommé à l'Evêché de Saint-Brieuc en 1525, à 18 ans ! Il ne voulut pas entrer dans les ordres sacrés. Il reçut de son frère Claude en 1531 la seigneurie de Châteauneuf, près de Saint-Malo et acquit lui-même la terre de Sourdéac en Glénac. Il se démit de son abbaye en 1533 et de son évêché en 1544, et épousa en 1548 Béatrix de Jonchères, dame de la Perrière en Anjou, qui lui donna 4 enfants. Il prit part aux affaires de son temps (Dom Morice, Preuves Tome III, 972, 1046, 1259), et mourut le 24 décembre 1563.

18ème degré.

1. GUY Ier de Rieux, fils aîné du précédent, devint en 1563 seigneur, puis comte de Châteauneuf et du Plessis-Bertrand. Il se trouva aux batailles de Dreux, de Saint-Denis (1567), de Moncontour et de Jarnac (1569), ainsi qu’aux sièges de la Rochelle, de Saint-Jean d'Angely et de Lusignan. Il épousa d’abord Jeanne, dame du Chastel, de Coetivy, de la Bellière, etc., et en eut deux filles ; il se remaria à Magdeleine d'Espinay, qui lui donna un fils et 4 filles. En 1582, il protesta contre le rang pris aux Etats de Vannes par le baron de Retz, et devint ensuite chevalier de l’ordre du roi, et capitaine de 50 hommes des ordonnances. En 1589, il se déclara pour Henri IV, s’empara par surprise de Brest sur François de Carné-Rosampoul, et apprit que Mercoeur s’était emparé de Châteauneuf et du Plessis-Bertrand (Ogée, Tome I, 116). En 1590, il accompagna le prince de Dombes à Rennes, et mourut en mer, en 1591, lorsqu’il regagnait Brest.

2. René de Rieux, seigneur de Sourdéac. (Voir plus loin).

3. Renée de Rieux, dite la belle Châteauneuf, favorite du duc d'Anjou, puis femme de Philippe Altoviti.

4. Françoise de Rieux fut religieuse à Nazareth de Vannes.

19ème degré.

1. Marie de Rieux, fille de Guy Ier et de Jeanne du Chastel, hérita de sa mère et épousa Guy de Scépaux.

2. Jeanne de Rieux, vicomtesse de la Bellière, épousa en 1587 Pierre de Boiséon, baron de Coetnizan, capitaine de Morlaix.

3. GUY II de Rieux, issu du 2ème mariage, devint en 1591, comte de Châteauneuf, et vit cette place prise par les royaux en 1592 reprise peu après par Mercoeur, et démolie en 1594 par ordre de Henri IV (Ogée, Tome I, 174). Il prit ensuite une part active aux conférences d'Ancenis et à celles de Chenonceaux pour la paix. Vers 1605, il devint vicomte de Donges. Il épousa d’abord Léonore de Rochechouart qui mourut en 1629, puis Catherine de Rosmadec, fille de Sébastien, baron de Molac, et de Jeanne de la Motte-Vauclerc, dame de la Hunaudaye. Il laissa trois enfants de ces deux unions, mourut en 1637 et fut inhumé à Savenay.

4. Magdeleine de Rieux, la belle, épousa Pierre de Rohan-Guémené.

5. Susanne épousa son cousin Jean de Rieux, marquis d'Assérac.

6. Renée fut mariée à François de Kerlec, seigneur du Plessis.

7. Thomase fut en 1605 abbesse de la Joie, près d'Hennebont, abdiqua en 1626 et mourut en 1628.

20ème degré.

1. François-Guy de Rieux, fils de Guy II et de Léonore de Rochechouart, appelé le vicomte de Donges, mourut jeune.

2. JEAN de Rieux, fils de Guy II et de Catherine de Rosmadec, devint, en 1637, comte de Châteauneuf, vicomte de Donges..., et mourut sans alliance.

3. Jeanne-Pélagie de Rieux, sa soeur, épousa en 1645 son cousin Jean-Emmanuel de Rieux, marquis d'Assérac, et lui transmit Châteauneuf, Donges et la Hunaudaye. En elle finit sa branche.

 

III. BRANCHE DE SOURDEAC.

18ème degré.

RENE de Rieux, seigneur de Sourdéac en Glénac, frère de Guy Ier, seigneur de Châteauneuf, et petit-fils du maréchal de Bretagne, naquit en 1558. Il fut élevé parmi les pages de Charles IX et commença à porter les armes en 1572. Il épousa ensuite Susanne de Saint-Melaine, dame de Bourg-l'Evêque et en eut six enfants énumérés plus loin. En 1586, il reçut de Henri III une compagnie de chevau-légers, et acquit en 1589 l'île d'Ouessant. Il refusa d’entrer dans la Ligue et se déclara pour Henri IV qui le nomma gouverneur de Brest, en survivance de son frère Guy Ier de Châteauneuf, et son Lieutenant général en Bretagne. A partir de 1591, il fit de Brest le boulevard des royaux, repoussa les attaques des Ligueurs, défit plusieurs fois les troupes de Mercoeur, dirigea maintes expéditions, et réduisit plusieurs places sous l’obéissance du Roi (Dom Morice, Preuves, Tome III, 1551, 1562, 1598, 1635, etc.). Ce fut en reconnaissance de ces services que le Roi lui conféra, le 3 janvier 1597, le collier de ses ordres et érigea en Marquisat l’île d’Ouessant. Sourdéac suivit Henri IV en 1600 à la conquête de la Savoie, et écrivit des Mémoires, qui depuis ont été égarés. Il perdit sa femme en 1616, et mourut lui-même le 4 décembre 1628, à Assé, dans le Maine.

19ème degré.

1. GUY de Rieux, fils aîné du précédent, épousa en 1617 Louise de Vieux-pont, héritière de Neufbourg et de Coetmeur, et en eut 7 enfants. En 1628, à la mort de son père, il devint Marquis d'Ouessant et de Sourdéac et gouverneur de Brest. Premier écuyer de Marie de Médicis, il suivit son parti et s’expatria avec elle en 1631 : ce qui lui attira la perte de ses places et la confiscation de ses biens. Il mourut dans sa terre de Neubourg le 14 novembre 1640.

2. René de Rieux, son frère, abbé de Daoulas en 1600, Evêque de Léon en 1613, eut à soutenir plusieurs luttes, et mourut le 8 mars 1651.

3. Charles de Rieux mourut jeune.

4. Anne, Supérieure des Bénédictines du Calvaire, mourut en 1663.

5. Marie épousa Sébastien de Ploeuc, marquis de Timeur.

6. Magdeleine fut religieuse à Lencloître en Poitou.

20ème degré.

1. ALEXANDRE de Rieux, fils aîné de Guy et de Louise de Vieuxpont, perdit son père en 1640 et fut dès lors Marquis de Sourdéac et d'Ouessant, baron de Neufbourg, en Normandie, etc. Le 10 janvier 1641, il épousa Hélène de Clère, fille de Louis, baron de Beaumetz, et en eut 5 enfants. Il a attaché une certaine célébrité à son nom en s’occupant du théâtre, comme machiniste, et en contribuant à fonder l'Opéra en France. Il mourut le 7 mai 1695 ; sa veuve mourut le 3 février 1703.

2. Armand de Rieux embrassa l’état ecclésiastique.

3. Louise-Marie de Rieux fut religieuse.

4. Renée de Rieux mourut sans alliance.

5. Henriette épousa Paul des Armoises, seigneur d'Aunoi.

6. Anne-Marie épousa Léon de Balzac, marquis d'Entragues.

7. Catherine fut mariée en 1647 à Robert d'Esmalleville, baron de Fréville.

21ème degré.

1. PAUL-HERCULE de Rieux, fils aîné d'Alexandre et d'Hélène de Clère, né en 1645, succéda à son père en 1695 comme Marquis de Sourdéac, d'Ouessant, etc., et mourut sans alliance le 3 janvier 1721. Ses titres passèrent à son cousin Jean-Sévère de Rieux, de la branche d'Assérac.

2. Louise de Rieux fut religieuse à Remiremont.

3. Anne-Hélène de Rieux embrassa le même institut.

4. René-Louis, dit le Comte de Rieux, épousa Anne-Elisabeth de Nivelles, et vit son mariage contesté par son père et confirmé par le Parlement. Il présenta au Roi en 1710 un « Mémoire avec la généalogie de la maison de Rieux », et mourut en 1713 sans postérité.

5. Henri de Rieux, officier dans le régiment des gardes, mort le 4 décembre 1693, âgé de 35 ans.

(abbé Le Mené)

 © Copyright - Tous droits réservés.