Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue !

LA FAMILLE COLLAS.

  Retour page d'accueil       Retour page "Seigneurs de Bretagne"  

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

NOTES SUR LES FAMILLES COLLAS DE LA BARRE OU DE LA BARONNAIS, COLLAS DE LA MOTTE, COLLAS DU ROSLAN ET GOURY DU ROSLAN.

Seigneurs du Tertrebaron et de la Motte, paroisse de Pléboulle, — de la Villehunault, paroisse de Plurien, — du Bignon, paroisse de Noyal, — de la Barre, paroisse de Saint-Potan, — de la Baronnais, paroisse de Saint-Enogat, — de l'Epine, — de Beaunord ou de Bonord, — de Kergonval, — du Roslan, — d'Erbrée, paroisse de Talensac, — de l'Epéronnière, en Anjou.

La famille Collas a prouvé huit générations et a été déclarée d'ancienne extraction noble par l'arrêt de Réformation du 5 janvier 1669 ; elle a été maintenue par un arrêt du Parlement du 29 juillet 1743. Elle avait comparu aux Réformations et Montres de 1469 à 1535, paroisses d'Evran, Pléboulle, Plurien et Ruca, évêché de Saint-Malo (Nobiliaire de P. de Courcy).

Elle portait d'argent à l'aigle impériale de sable, becquée, membrée et couronnée de gueules. Sa devises était : De tout temps immémorial et Capiam aut mergor. Son blason a été gravé dans les ouvrages de Saint-Luc, Guérin de la Grasserie et Potier de Courcy.

 

PRINCIPAUX MEMBRES.

Roland et Olivier Collas, son fils, donnent, en 1260, à l'abbaye de Saint-Aubin-des-Bois la moitié d'une dîme en Pléhérel (Anc. évêchés de Bretagne, G. de Bourgogne), — Pierre Collas, Seigneur du Tertrebaron,  vivant en 1380, épouse Jeanne Michel (Nob. P. de Courcy), — Catherine Collas contracte alliance vers 1400 avec Jean des Nos, Seigneur de Vaumeloysel (Manus. Bib. Nat.), — Jehan Collas, Ecuyer de la Duchesse de Bretagne en 1417 (Preuves de Bom Morice), — Bertrand Collas, Seigneur du Tertrebaron, marié, le 11 septembre 1453, à Marie Gouyon du Vaurouault (Grands officiers de la Couronne, par le P. Anselme), — Lancelot Collas, Seigneur du Tertrebaron, transige, le 15 juillet 1484, avec Jean Gouyon-Matignon du Vaurouault, son cousin germain (Grands officiers de la Couronne, par le P. Anselme), épouse, en 1506, Richarde de la Choue et comparaît, en 1513, à la Réformation de l'évêché de Saint-Malo, pour Evran (Preuves de Dom Morice), — Olivier Collas, Seigneur de Beaunord, meurt le 6 mars 1682, après s'être marié avec Charlotte de Lorgeril, Dame de la Houssaye, veuve de François Chesnel, Seigneur du Verger (Armorial d'Hozier), — Joseph-Marie Collas, Comte du Roslan, né le 13 mai 1739, Capitaine des vaisseaux du roi, — Deux volontaires au combat de Saint-Cast en 1758, — Victor-Amédée, Armand-Fidèle et Louis-Pierre Collas de la Baronnais font leurs preuves de noblesse pour entrer aux Ecoles militaires en 1773, 1775 et 1777, — Emilie et Agathe-Renée Collas de la Baronnais sont admises à la maison de Saint-Cyr, la première en 1779, et la seconde en 1788 (Manus. Bibl. Nat.), — Malo Collas de la Baronnais et Victor-Amédée Collas de la Baronnais, cité ci-dessus, commandent successivement la division catholique et royale de Dinan pendant la Révolution (Biog. bret. de Levot), — Jean-Hyacinthe-Adolphe Collas de la Motte, Conseiller général du Finistère et Représentant du peuple à l'Assemblée législative de 1849.

PRINCIPALES ALLIANCES DU XVème AU XVIIIème SIÈCLE.

Gouyon du Vaurouault et Gouyon de Saint-Loyal, branches de l'illustre Maison des Gouyon-Matignon, Comtes de Thorigny, Comtes de Gacé et d'Estouteville, Princes de Mortagne en Gironde, Ducs de Valentinois et Pairs de France, Marquis de la Moussaye, Barons de Marcé, etc.

La branche du Vaurouault remonte à Jean Gouyon, fils puîné de Bertrand Gouyon, Seigneur de Matignon, et de Jeanne de Dinan, qui épousa au XIVème siècle Jeanne de Beaucorps. La branche de Marcé, substituée par alliance, en 1745, aux nom et armes des Angier de Lohéac, s'est fondue, en 1771, dans Gouyon du Vaurouault. La branche de Saint-Loyal remonte à Jean Gouyon-Matignon, Seigneur de Vaumeloysel, qui épousa Jacquemine des Nos au XVIème siècle (Grands officiers de la Couronne, par le P. Anselme, et Nob. P. de Courcy).

La Maison de Gouyon a prouvé dix-sept générations à la Réformation de 1669 et a comparu aux Réformations et Montres de 1423 à 1535, paroisses de Matignon, Saint-Cast, Saint-Potan, évêché de Saint-Malo.

PRINCIPAUX MEMBRES : Guillaume Gouyon, Croisé en 1248, — Etienne Gouyon, Maréchal et Amiral de Bretagne en 1380, — Alain Gouyon, Grand Ecuyer de France, mort en 1490, — Jacques Gouyon, Sire de Matignon, Maréchal de France en 1531, exerça la charge de Connétable au mariage de Henri IV, — Jacques-François-Léonor Gouyon, Sire de Matignon, épousa, en 1715, à condition que lui et ses descendants seraient substitués aux nom et armes des Grimaldi, Louise Hippolyte Grimaldi, Duchesse de Valentinois, fille et héritière d'Antoine Grimaldi, Duc de Valentinois, Pair de France, et de Marie de Lorraine, — Charles-Auguste Gouyon, Comte de Gacé, Maréchal de France, mort en 1724, — Quatre Lieutenants-Généraux des Armées du Roi, — Plusieurs Gouverneurs de provinces, — Huit Chevaliers des ordres du Roi, — Un Evêque de Luçon, trois Evêques de Coutances, deux Evêques de Lisieux et un Evêque de Condom.

PRINCIPALES ALLIANCES : de Matignon, d'Acigné, du Cambout, de Rieux, de Dinan, de Rochefort, de Beaumanoir, de Merdrignac, Budes, de Craon, d'Amboise, du Perrier, de Laval, d'Harcourt, Colbert de Seignelay, de Saint-Simon, de Brignole, de Maure, d'Orléans-Longueville, de la Guiche, de la Rocheguyon, de Bercy, de Franquetot de Coigny, Le Tellier, Grimaldi-Valentinois, Montmorency, Montbourcher, du Chastel, de Champagné, de Beaucorps, de Conen, de la Moussaye, La Tour d'Auvergne, de la Chapelle, des Nos, de la Bouëxière, d'Assigny (Grands officiers de la Couronne, par le P. Anselme).

De Lorgeril, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec la qualité de Chevalier et sept générations par la Réformation de 1668. La branche aînée s'est fondue, en 1502, dans la Maison de Rohan.

PRINCIPAUX MEMBRES : Alain de Lorgeril, Croisé en 1248, — Henri de Lorgeril, entendu dans l'enquête pour la canonisation de Charles de Blois, en 1370, — Guillaume de Lorgeril, mort en 1394, époux de Jeanne de Coëtquen, fille de Jean, Seigneur de Coëtquen et de Marguerite de Rougé, — Simon de Lorgeril, d'abord Chancelier et Chambellan du Duc Jean V de Bretagne, puis Maître d'hôtel de Louis, Dauphin de Viennois, — Jean de Lorgeril, marié à Françoise de Parthenay dont la fille unique, Guyonne de Lorgeril, épousa Jean de Rohan, Grand-Maître de Bretagne, — Louis-François de Lorgeril, Président de la Noblesse par élection aux Etats de 1756, — Jean-Thomas-Baptiste de Lorgeril, Capitaine des vaisseaux du roi en 1760 (Armorial d'Hozier).

PRINCIPALES ALLIANCES : Coëtquen, d'Espinay, de Lanvallay, Madeuc, Le Forestier, de Saint-Pern, Berthelot de la Villéon, de Parthenay, de Rohan, Guémadeuc, du Boisadam, Biré, de Tréméreuc, de Saint-Germain, de Chalus, de Lambert, de la Forest d'Armaillé, de Poix de Fouesnel (Armorial d'Hozier).

Des Nos, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec la qualité de Chevalier et dix générations par la Réformation de 1668.

PRINCIPAUX MEMBRES: Rolland des Nos, Croisé en 1248 et 1270, — Antoine des Nos, qui épousa, vers 1350, Anastase La Vache de la Touche, — Jean des Nos, Seigneur de Vaumeloysel, qui épousa, vers 1400, Catherine Collas, — François des Nos, Chevalier de l'ordre du Roi et Gentilhomme ordinaire de sa Chambre, qui s'établit dans la province du Maine au XVIème siècle, — Catherine des Nos, femme de Gilles Collas, Seigneur de la Barre, — Gilles des Nos, marié, en 1652, à Suzanne de Malenoë, cousine de Charles du Bellay, Prince d'Yvetot, — Charlotte-Suzanne de Nos, mariée, en 1753, à Paul-Louis, Duc de Beauvilliers, Pair de France, — Gilles des Nos, Comte de Champmeslin, Chef d'Escadre, puis Lieutenant-Général des Armées navales, — Louise-Julienne des Nos de Champmeslin, mariée, en 1708, à Henri-Louis, Marquis de Chavagnac, Lieutenant-Général des Armées du Roi, — Charles, Comte de Nos, Chef d'Escadre, puis Vice-Roi des Iles françaises de l'Amérique et Lieutenant-Général des Armées navales.

PRINCIPALES ALLIANCES : Gouyon de Launay, ramage des Gouyon-Matignon, de Chateaubriand, de Buor, de Malenoë, de Cordouan-Langeais, de Beauvilliers, de Chavagnac, Le Fruglays, de Tréméreuc, Langlois de Prémorvan (Dict. de la Chenaye-Desbois).

Collin ou Colin de la Biochaye, famille maintenue par la Cour des Aides de Paris, en 1680, et par le Parlement de Bretagne en 1744.

PRINCIPAUX MEMBRES : Simon Collin, Croisé en 1248, — Julien Collin, Capitaine de cent hommes d'armes, fonda, en 1400, la chapellenie de Sainte-Catherine dans l'église paroissiale de Saint-Julien de Vouvantes et épousa Catherine de Saint-Didier, — Pierre Collin, Seigneur de la Biochaye, d'abord Conseiller au Parlement de Metz, puis Conseiller au Parlement de Bretagne, épousa, en 1692, Anne-Elisabeth de la Mouche, fille de Pierre de la Mouche, Conseiller d'Etat et Prévôt des marchands de Paris, — François Collin, Seigneur de la Biochaye, Président des Requêtes au Parlement de Bretagne en 1716, — Louis-François Collin, Seigneur de la Biochaye, aussi Président au Parlement de Bretagne, — Pierre-Marie-Auguste Collin de la Biochaye, Brigadier des Armées du Roi en 1778, — Christian-Marie-Louis Collin de la Biochaye, Président des Requêtes au Parlement de Bretagne en 1780, — Adélaïde-Bathilde Collin de la Biochaye épousa : 1° M. de Goyon, 2° le Comte de Goulaine, Maréchal de camp, — Bathilde-Louise-Marie Collin de la Biochaye épousa, en 1841, Joseph de Poulpiquet, Vicomte du Halgoët, — Marie-Emilie-Louise Collin de la Biochaye épousa, en 1869, Isidore-Paul-Victor Hay, Comte des Nétumières.

PRINCIPALES ALLIANCES : de Saint-Didier, Huet de la Bellière, Picaud du Parc, Bouvet de Crameseul, Macé de la Roche, de la Mouche, Charpentier de la Villeroux, de Saisy de Kérampuil, Saget de la Jonchère, du Tertre de Montalais, Martin de Boistaillé, de Goulaine, du Halgoët, Hay des Nétumières (Dict. de la Chenaye-Desbois et Généalogie de Saisy de Kérampuil).

De Kerret, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec la qualité de Chevalier et treize générations par la Réformation de 1669.

PRINCIPAUX MEMBRES : Hervé de Kerret, qui épousa, en 1269, Catherine de Léon, fille de Maurice de Léon, Seigneur de Penzé, et qui prit les armes des Princes et Comtes de Léon brisées d'une cotice de gueules, — Hervé de Kerret, vivant en 1340 et marié à Marie de Coëtelez, — Yvon de Kerret, Capitaine de Morlaix en 1366, marié à Marguerite Le Vicomte,— Madeleine de Kerret, mariée vers 1570 à Claude Collas, Seigneur de la Villeuras, — Maurice de Kerret, Maire de Morlaix et Gouverneur du château du Taureau en 1604, — Un Page du roi en 1710, — Marie-Anne de Kerret, mariée, en 1738, à François Collas du Roslan, — Un Brigadier de cavalerie, ci-devant Cornette des mousquetaires de la garde.

PRINCIPALES ALLIANCES : de Léon, du Val, de Coëtelez, Le Vicomte, Mériadec, de Kermellec, du Fou, de Trévidy, de la Pallue, de Guicaznou, de Kergariou, de Pensornou, de Kérourfil, de la Roche-Congar, de Quellenec, de Lesmeleuc, du Boisguéheneuc, de Cabournais, de Kermabon, de Rosmar, du Bouëxic, de Guichen, de Coëtanscours, du Buor, Huon de Kérézélec, de Moëllien, de la Pierre, de Quilien, de Coëtivy, du Halegoët (Manus. Bib. Nat.).

De la Choue, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec neuf générations par la Réformation de 1668.

PRINCIPAUX MEMBRES : Robert de la Choue, qui fait donation, en 1218, d'une dîme de 20 minots de blé au prieuré du Pont près Dinan, — Pierre de la Choue, Ecuyer du Duc de Bretagne au siège de Pouancé, en 1379, — Alain de la Choue, Ecuyer, qui ratifie le traité de Guérande, le 25 avril 1381, — Guy de la Choue, Connétable de Saint-Malo en 1560, — Jean de la Choue, Connétable de la même ville en 1572, — François de la Choue, marié, en 1746, à Henriette Collas de la Barre.

PRINCIPALES ALLIANCES : Le Gouadec, de Peillac, Thomas de la Caunelaye, de Saint-Méloir, de Plancoët, Bouan, Ladvocat de la Crochais, Le Roy de Brégerac, de Bédée, de Ferron du Quengo, Le Febvre du Vaulhero, de la Motte, du Breil de Chalonge, du Boisbaudry, de la Tousche-Limouzinière, du Bouays, de la Chapelle (Nob. Régis de l'Estourbeillon).

Du Juch, Barons dudit lieu, importante famille mentionnée dans les Reformations et Montres de 1426 à 1536 et qui s'est éteinte avant la Réformation de 1668.

PRINCIPAUX MEMBRES : Le Sire du Juch, à l'ost du Duc à Ploërmel en 1294, — Hervé du Juch, Capitaine au service de la France et sous les ordres de Du Guesclin en 1366, — Jehan du Juch, Evêque de Léon, mort en 1369, — Jehan du Juch, Capitaine au service des Ducs de Berry, d'Orléans et de Bourbon en 1410, — Henri du Juch, Chambellan du Duc de Bretagne en 1419 (Manus. Bib. Nat.).

PRINCIPALES ALLIANCES : de Muzillac (Xème siècle), de Penmarch (XVème siècle), du Chastel (XVIème siècle), qui a transmis la baronnie du Juch aux Gouyon de la Moussaye, Montbourcher et Franquetot de Coigny (Nob. Potier de Courcy).

De Bédée, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec huit générations par la Réformation de 1669.

PRINCIPAUX MEMBRES : Pierre de Bédée, Sénéchal de Dinan en 1426, — Gilles de Bédée, qui commandait pour Henri IV, en 1596, le château de Guébriant — Françoise de Bédée, mariée à Julien Collas, Seigneur de la Verdière, — Apolline-Jeanne-Suzanne de Bédée, mère de Chateaubriand, l'illustre écrivain.

PRINCIPALES ALLIANCES : de la Guerrande, de la Fontaine, de Lesmeleuc, de la Chapelle, de Gouyon du Vaurouault, de Chappedelaine, Le Roy de la Trochardaye, de la Planche, de Lesquen, de Becdelièvre, de Lorgeril, de Saint-Ours, de Coëtlosquet, de la Moussaye, de Halgouët, de Cheffontaines (Nob. Régis de l'Estourbeillon).

Oury, Seigneurs du Bignon, paroisse de Noyal, évêché de Saint-Malo.

Cette famille ne figure pas dans la Réformation de 1668 ; car elle s'était fondue, au XVIème siècle, dans Collas, par suite du mariage de Perrine Oury avec Bertrand Collas, Seigneur du Tertrebaron.

La Réformation de 1435, pour la paroisse de Noyal, mentionne parmi les nobles Pierre Oury, et les Réformations de 1443 et de 1449, pour la paroisse de Maroué, classent parmi les nobles Jean et Charles Oury. La Réformation de 1475, pour la paroisse de Noyal, cite Charles Oury dans sa maison noble du Bignon. Enfin les Réformations de 1513 et de 1355, pour les paroisses de Noyal et de Saint-Potan, attribuent la qualité de noble à Pierre Oury (Manus. Bib. Nat.).

La famille Oury a produit Mathieu Oury, Docteur en théologie, Inquisiteur général de la foi au royaume de France, mort en 1547 (Nob. Potier de Courcy).

Guéhéneuc du Boishue, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec onze générations par la Réformation de 1668.

PRINCIPAUX MEMBRES : Etienne Guéhéneuc, qui fait une donation à l'abbaye de Bocquien en 1278, — Rolland Guéhéneuc, Ecuyer dans une montre d'Olivier de Clisson en 1375, — Raoul Guéhéneuc, Trésorier des guerres du Duc Jean V en 1421, Connétable de Rennes en 1434, — Jean Guéhéneuc, son fils, également Trésorier des guerres et Connétable de Rennes en 1461, — Georges de Guéhéneuc, Lieutenant du Roi au Gouvernement de Saint-Malo en 1635, — Henri de Guéhéneuc, Capitaine commandant la noblesse de l'évêché de Dol en 1711.

PRINCIPALES ALLIANCES : Le Sénéchal, de Garnouet, de Beaucé, de Carmené, de Lesmays de Kernicol, de la Bouêxière, du Breil du Colombier, de la Vigne, de Bréhand, du Boisjagu, de Talhouët de Kéravéon, Collas de la Barre, de Séré, de Bréil de Chalonge, du Bot de Coëtuhan, de Carné, de Ferron (Nob. Régis de l'Estourbeillon).

Le Ny, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec la qualité de Chevalier et onze générations par la Réformation de 1669.

PRINCIPAUX MEMBRES : Salomon Le Ny, Chambellan du Duc Jean IV en 1380, — Hervé Le Ny, Sénéchal de Cornouaille en 1405, — Mathurin Le Ny, Evêque de Poitiers en 1698, — Un Page du roi, Lieutenant aux gardes en 1706.

D'après Potier de Courcy, la branche aînée aurait été substituée aux nom et armes de Kersauson par le mariage de Juzette de Kersauson avec Salomon Le Ny.

PRINCIPALES ALLIANCES : Tournemine, Kergournadec'h, Rosmadec, de Kersauson, de la Rivière, de Kergadiou, de Kersulguen, de Tréfilly, du Halgoët, de Tromelin, de Parcevaux, du Tertre de Montalais (Manus. Bib. Nat.).

Ladvocat de la Baronnais, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec sept générations par la Réformation de 1668.

PRINCIPAUX MEMBRES : Guillaume Ladvocat, qui épousa, en 1448, Mathurine Bernier, de la Maison de la Chapelle, — Guillaume Ladvocat, qui se maria, en 1570, avec Françoise du Breil de Pontbriand, — François Ladvocat, Seigneur de la Crochais et époux de Perronnelle du Dresnay, qui fonda, en 1643, l'église de Saint-Enogat, — René-Arthur Ladvocat, Seigneur de la Baronnais, Lieutenant des Maréchaux de France en 1745, — François Ladvocat, Seigneur de la Crochais, Vicomte de Dinan, qui fut, en 1765, parrain d'une cloche à Saint-Enogat (Bio-bibliog. Kerviler).

PRINCIPALES ALLIANCES : Bernier, Taillard, du Breil de Pontbriand, du Dresnay, de Lesquen, de la Choue, Dubart de la Villetanet, de Bégasson, Chrestien de Tréveneuc, Péan de Pontfily, du Boishamon (Manus. Bib. Nat.).

Urvoy, Seigneurs de la Villeoury, de Closmadeuc, etc., famille déclarée d'ancienne extraction noble avec huit générations par la Réformation de 1668.

PRINCIPAUX MEMBRES : Etienne Urvoy, Croisé en en 1248, — Jean Urvoy, qui ratifie le traité de Guérande en 1381, — Claude Urvoy, Chevalier de l'ordre du Roi en 1580, — Gilles Urvoy, Chevalier du même ordre en 1633, Gentilhomme de la Chambre du Roi Louis XIII, Sénéchal de Lamballe, — Gilles Urvoy, qui épouse, le 22 avril 1692, Françoise Collas, — Toussaint-Joseph Urvoy, Page du Roi en 1737.

PRINCIPALES ALLIANCES : de Perrien, de la Roche, de Lanjamet, Le Nepvou de Crénan, de Mézanger, d'Yrodouer, de Couespelle, Raison du Cleuziou, de Kersauson, de la Roüe, de la Bouëxière, Tuffin de Mézandré, de la Forest, de Juvigny (Armor. d'Hozier).

De Kergu, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec la qualité de Chevalier et neuf générations par la Réformation de 1668.

PRINCIPAUX MEMBRES : Olivier de Kergu, qui épousa, en 1378, Thomine de Quebriac, — Jean de Kergu, Archer en brigandine en 1483, — François-Joseph de Kergu, devenu plus tard le vénérable abbé de Kergu, fondateur du célèbre Hôtel des Gentilshommes destiné à élever les enfants de la pauvre noblesse de Bretagne, — Françoise de Kergu, mariée, le 16 août 1750, à François-Pierre Collas de la Baronnais, — Un Capitaine garde-côtes au combat de Saint-Cast en 1758, — Deux Chevaliers de Malte en 1779 et 1781.

PRINCIPALES ALLIANCES : de Québriac, de Saint-Méloir, de Bréhand, de la Bouëxière, de Lesquen, des Nos, des Cognets, de Quélen, de la Motte, de la Motte-Vauvert, de Forsanz, de Gouyon, de Boberil, de Guerry de Boishamon, Hay de Nétumières (Nob. Régis de l'Estourbeillon).

De Clavel, famille originaire de la Provence.

PRINCIPAUX MEMBRES : Antoine Clavel, Porte-enseigne, en 1549, d'une compagnie des quarante lances fournies des Ordonnances du Roi, — Antoine Clavel, Seigneur de Montfort, Enseigne de la compagnie du Maréchal de Brissac en 1558, et trois ans plus tard, Enseigne de la compagnie du Maréchal de Saint-André, — Antoine Clavel, Seigneur de Montfort, Chevalier de l'ordre du Roi, Capitaine de 50 hommes d'armes de ses Ordonnances, Gouverneur et Lieutenant-général de la ville et château d'Abbeville en 1568, — François de Clavel, Capitaine de vaisseau, Chevalier de Saint-Louis, mort en 1724, — Antoine de Clavel, né en 1692, Capitaine de vaisseau, Chevalier de Saint-Louis, — Pierre-Antoine de Clavel, né en 1734, Brigadier des Armées navales, Capitaine de vaisseau et Chevalier de Saint-Louis, — Antoine-Sauveur de Clavel, né en 1742, Capitaine de vaisseau, Chevalier de Saint-Louis, — Marie-Adélaïde-Domitille de Clavel, mariée, le 1er février 1779, à Joseph-Marie Collas du Roslan.

PRINCIPALES ALLIANCES : de Guifrey, de Virieu de Beauvoir, de Chaulan, des Loges, Bertrand d'Espié, Guion (Manus. Bib. Nat.).

Le Charpentier du Margat, famille déclarée d'extraction noble avec cinq générations par la Réformation de 1670.

PRINCIPAUX MEMBRES : Pierrot Le Charpentier, Archer du Sire de Tournemine en 1356, — Phelippot Le Charpentier, Ecuyer d'une montre de du Guesclin en 1371, — Yvon Le Charpentier, Ecuyer de Clisson en 1375, — Yvon Le Charpentier, Ecuyer du Duc de Bretagne en 1417, — Jean Le Charpentier, Jusarmier à une montre en 1480, — Nicolas Le Charpentier, marié, le 21 août 1675, à Michelle Collas.

PRINCIPALES ALLIANCES : Régerat, Cybouault, de Kerléan, Cléauroux, de Trogoff, Le Tenours du Plessis (Manus. Bib. Nat.).

Tranchant, Seigneurs du Pontjoly, du Treff, etc., famille déclarée d'ancienne extraction noble avec neuf générations par la Réformation de 1669.

PRINCIPAUX MEMBRES : Jean Tranchant, vivant en 1400, père de Jean Tranchant, marié à Marguerite de Tréméreuc, — Une fille à Saint-Cyr en 1752, — Un Capitaine garde-côtes au combat de Saint-Cast en 1758.

PRINCIPALES ALLIANCES : de la Chapelle, de Tréméreuc, Bouan, Raoul de la Guibourgère, de Bédée, de Saint-Méloir, d'Yvignac, Martin de la Balluère, de Talhouët, Gesril du Papeu, de la Bourdonnaye, des Cognets, de la Bouëxière, de Rabasté, de Baudran, Beschais (Manus. Bib. Nat.).

De l'Estang du Rusquec, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec huit générations par la Réformation de 1669.

PRINCIPAUX MEMBRES : Jehan de l'Estang, Ecuyer dans une montre de 1414, — Guillaume de l'Estang, l'un des Ecuyers de la montre de Robinet de Vaulx, le 9 avril 1420, — Jean-François-Mathurin de l'Estang, Mousquetaire du Roi, — Louis-Anne-Marie de l'Estang du Rusquec, marié, le 7 juillet 1799, à Josephine-Marie Collas du Roslan.

PRINCIPALES ALLIANCES : de Kerhoënt, de Kergoët, de Parcevaux, de Kersaint-Gilly, de Brézal, du Parseau du Plessis, du Poulpiquet, Le Borgne de Kéruzéret, du Chastel, de Penfeuntenyo, du Dresnay, de Trédern, Huon de Lesguern, du Beaudiez, de Kermoysan, Hervé du Penhoat, Audren de Kerdrel, Hessart de la Villemarqué (Nob. Régis de l'Estourbeillon).

Du Couëdic, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec huit générations par la Réformation de 1669.

PRINCIPAUX MEMBRES : Henri du Couëdic, Croisé en 1248 ; — Geoffroy du Couëdic, époux, en 1396, de Louise Le Flo, — Raoul du Couëdic, Employé à la Réformation de 1426 et marié à Marie du Mur, — François du Couëdic, Officier de dragons, l'un des chefs de la conspiration de Cellamare, — Charles-Louis du Couëdic, l'héroïque Commandant de la Surveillante, qui mourut de la suite de ses blessures en 1780, — Un Grand-veneur et Grand-maître des eaux et forêts de Bretagne en 1784, — Un membre admis aux honneurs de la Cour en 1789.

PRINCIPALES ALLIANCES : de Kerraoul, de Kerleau, de Bottigneau, de Cornouaille, de Kersulguen, de Coëtquelfen, du Chastel, Euzenou, de Quélen, de Rosily, de Trolong, Ansquer, de Carné, de la Pierre, de Jacquelot, du Vergier (Nob. de Saint-Allais).

Le Roy du Vauhérault, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec huit générations par la Réformation de 1669.

PRINCIPAUX MEMBRES : Robin Le Roy, de la paroisse d'Epiniac, anobli en 1460, — Jean Le Roy, vivant en 1478, marié à Honorée Labbé, Dame de Brégerac, — Françoise Le Roy du Vauhérault, qui épousa, le 21 février 1694, François-Jean Collas, Seigneur de la Barre.

PRINCIPALES ALLIANCES : Labbé de Brégerac, de la Vigne, de la Chapelle, de la Ravillais, Ladvocat, de la Choue, de Bédée (Manus. Bib. Nat.).

Bernard, Seigneurs de Courville, de la Fayelle, etc., famille déclarée d'extraction noble avec sept générations par la Réformation de 1670.

PRINCIPAUX MEMBRES : Jean Bernard, anobli en 1477, Maire d'Angers en 1485, — Jean Bernard, Secrétaire du Roi, mort en 1531, — Guillaume Bernard, Conseiller au Parlement en 1561, — Jean-Baptiste Bernard, Seigneur de la Fayelle, marié, le 11 octobre 1663, à Françoise Collas, — Un Capitaine tué à l'assaut de Fribourg en 1744, — Un Major de la capitainerie de Plancoët, pensionné par les Etats pour sa belle conduite au combat de Saint-Cast.

PRINCIPALES ALLIANCES : de Conan, d'Estampes, de Lespinay, de Beaune de Semblançay, de Barbançon, Berthelot, du Bellay, Le Dos, de Boislesme, du Chesne, du Breil de Pontbriand, du Bot, de Launay (Armor. d'Hozier).

Poulain, seigneurs de Gaultret, de la Costardière, etc., famille déclarée d'ancienne extraction noble avec la qualité de Chevalier et dix générations par la Réformation de 1669.

PRINCIPAUX MEMBRES : Jean Poulain, Archer dans une montre de 1356, — Rolland Poulain, qui prête serment au Duc entre les nobles de Lamballe en 1437, — Guillaume Poulain, Capitaine des Ordonnances de la Reine Anne en 1500, — Guillaume Poulain, Gentilhomme de la Chambre du Roi et Chevalier de son ordre en 1620, — Deux Chevaliers du même ordre en 1634 et 1641, — Jacques-Paul Poulain, marié, le 12 avril 1752, à Françoise -Jacquette Collas (Nob. Potier de Courcy).

PRINCIPALES ALLIANCES : de Créhen, de la Paluelle, de Lorgeril, Artur, de Kermoisant, de la Goublaye, du Boishamon, de Kergu, de Moayre, de Courson (Manus. Bib. Nat.).

Gouro, Seigneurs de Pommery, famille déclarée d'ancienne extraction noble avec dix générations par la Réformation de 1669.

PRINCIPAUX MEMBRES : Pierre Gouro, vivant en 1427, époux de Perrine Le Provost, — Françoise-Renée Gouro, Dame de Pommery, mariée, le 13 mai 1723, à Pierre Collas, Seigneur d'Erbrée.

PRINCIPALES ALLIANCES : de Muzillac, Costard, des Forges de la Bousselaye, du Len, de l'Hospital, de Bodéan, de Lambert, de Gouyon de Coypel, de la Corbinière, de Perrouze, du Mur (Bio-Bibliographie Kerviler).

 

La famille Collas a contracté aussi des alliances avec : Martin ; Michel ; Laurans ou Lorans, Seigneurs de la Porte, du Bignon, et de la Haye ; Lefeubvre des Prés ; Martel de Beaupré-le-Rest ; de l'Estang de Montmartin ; le Restif de Villaudrains ; Gallais ; Dreux de la Pommerays.

Ces familles étaient d'ancienne noblesse et figuraient dans les Montres, Réformations et Nobiliaires de Bretagne.

Parmi les alliances contractées au XIXème siècle, on peut citer les suivantes : Gesril du Papeu, de Cressolles, de Cibon, de Trogoff, Le Poitevin de la Villenoël et Halna du Fretay.

 

TITRES DE NOBLESSE COMMUNS AUX DIVERSES BRANCHES.

La Réformation de 1476 cite, parmi les nobles de la paroisse de Pléboulle, Lancelot Collas en la tenue de feu Bertrand, son père ; celle de 1513 exempte d'impôt ; la métairie du Gretay située dans la paroisse d'Evran et appartenant à noble Lancelot Collas ; enfin celle de 1535 classe parmi les maisons nobles : 1° dans la paroisse de Pléboulle le manoir du Tertrebaron à noble Bertrand Collas, et la maison de Launay à noble Bertrand Collas, Seigneur de la Villehunaut ; 2° dans la paroisse de Plurien la maison de la Villehunaut à noble Bertrand Collas (Manus. Bib. Nat.).

Les membres de la famille Collas ont comparu àplusieurs montres des XVème et XVIème siècles.

La généalogie de cette famille depuis la fin du XIVème siècle jusqu'au milieu du XVIIème a été établie par l'arrêt de Réformation du 5 janvier 1669 rendu sur le rapport de M. de la Bourdonnaye :

« Extraict des registres de la Chambre establie par le Roy pour la réformation de la noblesse de la province de Bretagne par Lettres Patentes de Sa Majesté du mois de janvier mil six cents soixante et huict vériffiées en Parlement le trantiesme de janvier dernier.

Entre le Procureur général du Roy, demandeur, d'une part, et Jean Collas escuier, sieur de l'Espine, et François Collas, escuier, sieur de la Barre, et Ollivier Collas, escuier, sieur de Beaunor, et damoiselle Françoise Laurans, veuve de deffunct escuier Jean Collas, sieur de Beaunor, tutrice d'escuier Jean Collas, sieur du Bignon-Vieil, son fils puisné, deffendeurs, d'autre part ;

Veu par ladite Chambre :

Trois extraicts de comparutions faites au Greffe de ladite Chambre, la première d'icelles du trente et uniesme d'octobre audit an mil six cents soixante et huict par laquelle le procureur dudit sieur de l'Espine auroit pour luy déclaré soustenir la qualitté d'escuier aux fins des actes qu'il produiroit avec l'écusson de ses armes ; la seconde comparution du cinquiesme de novembre mil six cents soixante et huict par laquelle le Procureur dudit sieur de la Barre auroit aussy pour luy déclaré maintenir la qualitté d'escuier par luy et ses prédécesseurs prise et qu'il porte pour armes d'argent à un aigle esployé de sable ; la dernière desdites comparutions du neufviesme de novembre audit an mil six cents soixante et huict par laquelle le procureur dudit Ollivier Collas et de ladite Laurans en ladite qualitté auroit pour eux déclaré soustenir la qualitté d'escuier par eux et leurs prédécesseurs prise et avoir pour armes d'argent à un aigle à deux testes de sable, couronné et unglé de gueule ;
Arbre de généalogie et filiation de la parentèle du sieur Collas de la Barre, chef du nom et d'armes, par laquelle il articule que du mariage de Pierre Collas, premier du nom, escuier, sieur du Tertre-Baron, avec noble damoiselle Jeanne Michel est issu noble escuier Bertrand Collas, aussy premier du nom, leur fils aisné héritier principal et noble ; que dudit Bertrand Collas marié avec noble damoiselle Marie Gouyon est issu noble escuier Lancelot Collas, premier du nom, seigneur dudit lieu du Tertre-Baron, marié avec damoiselle Richarde La Choue, de la Maison noble de la Metrye ; que de ce mariage est issu Bertrand Collas, deuxiesme du nom leur fils aisné et héritier principal et noble, marié avec damoiselle Perrine Oury, du mariage desquels seigneur et dame du Tertre, Baron, est issu Pierre Collas deuxiesme du nom, décédé sans hoirs de corps ; que Gilles Collas, dernier frère cadet de Pierre deuxiesme, qui devint aisné par le deceds dudit Pierre deuxiesme, fut marié avec noble damoiselle Catherine des Noës, dame du Closneuf ; que de ce mariage est issu Julien Collas, fils aisné dudit Gilles, sieur de la Verdière, qui fut marié avec damoiselle Françoise Bédée ; que Jean Collas, deuxiesme du nom, fils unique et seul héritier de Jullien, seigneur de la Bare, fut marié avec noble damoiselle Françoise Laurans et que ledit François Collas, sieur de la Barre, fils aisné héritier principal et noble dudit Jean Collas, est marié avec damoiselle Jeanne Dreux ;

Induction d'actes et pièces produite par Ollivier Collas, escuier, sieur de Beaunor, et damoiselle Françoise Laurans, veuve de deffunct escuier Jean Collas, sieur de Beaunor, mère et tutrice de Jean Collas, escuier, sieur du Bignon-Vieil, son fils puisné mineur, deffendeurs concluant à ce qu'il pleust à la Chambre maintenir lesdits deffendeurs en la qualitté de noble et d'escuier par eux et leurs prédécesseurs prise de tout temps immémorial, comme issus et descendans de la maison du Tertre-Baron, sittuée en la parroisse de Pléboulle, évêché de Saint-Brieuc et ordonner qu'ils seront insérés au catalogue du rolle qui sera fait des nobles des évêchés de Saint-Malo et Saint-Brieuc, pour jouir des droits et immunités comme les autres nobles de cette province, ladite induction signée Le Bastard procureur et signiffiée à M. Guillaume Raoul, conseiller faisant la fonction du procureur général du Roy, le dixiesme de décembre mil six cents soixante et huict ;

Induction d'actes dudit Collas, escuier, sieur de la Barre, concluant à ce qu'il pleust à ladite Chambre le maintenir luy et ses descendans dans la qualitté de noble d'ancienne extraction et d'escuier avec permission de porter armes et escussons timbrés, pour jouir des honneurs, droits, privileges, exemptions et immunités attribués aux anciens nobles de la province, et en conséquence ordonner qu'il seroit inscript au catalogue d'iceux dans le ressort tant de la jurisdiction de Saint-Brieuc que de celle de Dinan et Jugon, sauf à prendre autres qualittés et à produire cy-après actes au soutien passé du recouvrement d'autres titres que ceux induits par son induction signée dudit François Collas, Luc de Garmeauche et de Lespinay, procureur, signiffiée audit sieur Raoul en la qualitté qu'il procède le unziesme dudit mois de décembre audit an ;

Autre induction d'actes et pièces dudit Jean Collas, sieur de l'Espine, concluant aussi à ce qu'il pleust à la dite Chambre le maintenir dans les qualittés de noble et d'escuier par luy et ses prédécesseurs prise, et ordonner qu'il sera inséré dans le catalogue des autres nobles de cette province, soubs le ressort de la séneschaussée de Rennes, ladite induction signée Jan Collas et Simon procureur, et pareillement signifiée audit sieur Raoul en la susdite qualitté, ledit jour, unziesme de décembre mil six cents soixante et huict ;

Conclusions de luy et tout considéré ;

La Chambre faisant droit sur les instances a déclaré et déclare lesdits Jean, François, Ollivier et autre Jean Collas, nobles et issus d'ancienne extraction noble et comme tels leur a permis et à leurs descendans en mariage légitime de prendre la qualitté d'escuier et les a maintenus au droit d'avoir armes et escussons timbrés appartenant à leur qualitté et à jouir de tous droits, franchises, prééminences et privilèges attribués aux nobles de cette province, et ordonné que leurs noms seront employés aux rolles et catalogues des nobles, sçavoir ledit François Collas, de la jurisdiction royalle de Dinan et lesdits Jean et Ollivier Collas, de la séneschaussée de Rennes.

Fait en ladite Chambre à Rennes le cinquiesme de janvier mil six cents soixante neuf, ainsy signé : Malescot.

Par coppie fidellement collationnée à l'original, à nous a paru par escuier François Collas, sieur de la Barre, et autres lieux, demeurant en son manoir de la Barre paroisse de Saint-Postan, diocèse de Saint-Brieuc et à luy rendu avec le présent pour luy valloir et servir comme il appartiendra, par nous nottaires soubsignants de la jurisdiction de Matignon et scel d'icelle y opposé, et requérant ledit sieur de la Barre qui a signé avec nous le vingt deuxiesme de mars mil six cents quatre-vingt-neuf avant midy, ainsy signé François Collas, F. Morvan et C. Thoret nottaires.

— Extraict du papier baptismal de la paroisse de Saint-Postan l'an mil six cents soixante huict.

Noble enfant François-Jean Collas, fils d'autre François Collas et de deffuncte dame Jeanne Dreux, sieur et dame de la Barre, né le septième de septembre mil six cents soixante huit et baptisé le dixiesme dudit mois et an, a receu ce jour les autres cérémonies de l'église par moy recteur de Saint-Postan, parrain Messire Jean Fleury, seigneur du Pontcel, conseiller du Roy et doyen de la Chambre des Comptes de cette province ; marraine dame Catherine Gouyon, dame de Dieudy, ainsy signé : M. Poussin, recteur de Saint-Postain, Catherine Gouyon, J. Fleury, Marguerite Ferran, François Langlois.

Ledit extraict a esté par moy recteur soubsigné dellivré audit escuier François-Jean Collas le requérant pour luy valloir et servir comme appartiendra ce vingt deuxiesme de mars mil six cents quatre-vingt neuf, signé Pierre-Joseph Fayeres recteur de Saint-Postan.

Collationné à autre coppie à l'original par nous nottaires royaux à Quimper, à nous aparu par escuier François Collas, sieur de Roslan, demeurant au lieu de Kerannou de Chasteauneuf, et vers luy demeuré avec la présente coppie à servir où il appartiendra. Fait ce jour dixième de may, mil six cents quatre-vingt quinze avant midy, et ayant ledit sieur de Roslan affirmé ne sçavoir signer a prié Maistre Mathieu Loslier de signer pour luy et à sa requeste ainsy signé Loslier, Yves Lezran, nottaire royal et F. Le Prédour, nottaire royal. Controllé à Quimper, le dixième de may mil six cents quatre vingts quinze.

Collationné par nous nottaires de la Cour royalle de Brest et apostolique de Léon soubsignés à nous a paru par mademoiselle de Roslan demeurant présente au chasteau de Kerverseur, paroisse de Plouarzel et à elle rendu avec le présent ce jour douzième de juillet mil sept cents vingt sept après midy. Signé : Françoise-Hélène Collas. Levaillant, notaire royal. Pamirau, notaire royal ».

Famille Collas du Roslan.

La famille Collas, à l'époque où cet arrêt fut rendu, était divisée en trois branches.

Voir  Famille Collas (Bretagne) Branche Collas de la Barre et la Baronnais.

Voir  Famille Collas (Bretagne) Branche Collas de la Motte. 

Voir  Famille Collas (Bretagne) Branche Collas du Roslan.

Voir  Famille Collas (Bretagne) Branche Goury (du Roslan). 

(J. DE MONTMARTIN).

 © Copyright - Tous droits réservés.